Une étude controversée sur les singes ravive le débat autour des essais sur les animaux

Les mères singes séparées de leurs nouveaux bébés trouvent du réconfort dans les animaux en peluche. Cette découverte, issue d’une étude de l’Université de Harvard, a suscité la controverse et relancé le débat éthique sur les tests sur les animaux.

L’article de la neuroscientifique Margaret Livingstone, “Promotions of Maternal Love”, est passé largement inaperçu lorsqu’il a été publié dans la revue “Proceedings of the National Academy of Sciences” (PNAS) en septembre.

Pourtant, lorsqu’elle a été partagée sur les réseaux sociaux, l’étude a suscité des critiques et 250 scientifiques ont signé une lettre demandant à la revue de la retirer.

Des groupes de défense des animaux ont rappelé les premiers travaux de Margaret Livingstone, qui a temporairement cousu les paupières de bébés singes pour étudier l’effet sur leur esprit.

“Nous ne pouvons pas demander aux singes leur consentement, mais nous pouvons empêcher l’utilisation, la production et, dans ce cas, la capacité de promouvoir des pratiques cruelles dont nous savons qu’elles sont une douleur importante”, a déclaré Catherine Hobaiter, chercheuse principale à l’Université écossaise de St. Andrews.

Le scientifique, auteur de la lettre à PNAS, a expliqué à l’AFP qu’il attendait une réponse de la revue avant de faire une déclaration.

Lire Aussi :  FIFA 23 : « je suis sur la liste noire », ce streameur compare FUT à un pay-to-win et EA ne lui fait pas de cadeaux !

Harvard et Margaret Livingstone, pour leur part, ont activement défendu la recherche.

Ses découvertes « aideront les scientifiques à comprendre le lien de la mère avec l’être humain », ce qui pourrait aider à mieux accompagner les femmes après un traumatisme ou un accouchement, a indiqué la faculté de médecine. de Harvard dans un communiqué.

Dans un article séparé, Margaret Livingstone a déclaré qu’elle avait “rejoint un groupe de scientifiques ciblés par des militants de la recherche animale, qui veulent arrêter toute recherche pour sauver les animaux”.

Il a dit qu’il n’avait pas d’abord cherché à étudier la relation de la mère, cela a été trouvé dans le cadre d’une autre étude.

L’argument auquel les critiques répondent est que le chercheur sépare en fait les mères de leurs enfants, et que ses découvertes sur le confort sont basées sur des peluches et ne font pas avancer la science.

– Alzheimer –

Ces actions ont suscité l’ire d’organisations telles que PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), qui s’oppose à toute forme d’expérimentation animale.

Mais, plus important encore, ce débat a provoqué de vives réactions dans la communauté scientifique, selon Alan McElligott, chercheur à la city University de Hong Kong.

Lire Aussi :  Utiliser les prix du pétrole pour chronométrer le marché boursier est une stratégie qui tourne à vide

Margaret Livingstone semble avoir publié une étude menée par Harry Harlow, un célèbre psychologue américain, a-t-elle déclaré à l’AFP. Son travail, révolutionnaire au milieu des années 1900, a également contribué à l’essor du mouvement animalier.

Pour certains scientifiques interrogés, l’affaire est révélatrice d’un problème plus vaste dans la recherche animale : des études douteuses sont publiées dans des revues populaires.

Alan McElligott a cité un article de 2020 largement critiqué qui suggérait l’efficacité de certains pièges pour attraper des jaguars et des pumas pour la recherche scientifique.

Récemment, des expériences sur des ouistitis impliquant une intervention chirurgicale ont été controversées.

L’équipe de l’université d’Amherst dans le Massachusetts a déclaré après ces travaux qu’étudier ces petits singes, dont les capacités mentales déclinent en fin de vie, est important pour mieux comprendre la maladie et Alzheimer chez l’homme.

Mais pour le camp ennemi, il y a peu d’effet d’un type à l’autre.

– Poule et oeufs d’or –

En ce qui concerne les tests de médicaments sur les animaux, le vent a tourné.

En septembre, le Sénat américain a adopté une loi pour mettre fin à l’exigence d’expérimentation animale avant les essais humains de médicaments expérimentaux.

Lire Aussi :  Xbox Game Pass : rentabilité, croissance, augmentation des prix… Phil Spencer se lâche

La plupart des médicaments qui passent les tests sur les animaux ne passent pas les tests sur l’homme, mais avec les nouvelles technologies, il est possible d’éviter cette partie.

Les opposants affirment que d’importantes subventions aux universités et aux collèges – 15 milliards de dollars par an, selon le White Coat Waste Project – perpétuent un système dans lequel les animaux sont considérés comme du matériel de laboratoire.

“Les gens qui font les tests sur les animaux sont la poule aux œufs d’or de ces entreprises, car ils rapportent plus d’argent”, a déclaré Lisa Engel-Jones, la première experte, qui travaille maintenant pour Peta.

“C’est une incitation financière pour continuer notre travail et essayer de publier autant d’articles que possible”, explique Emily Trunnell, une neuroscientifique qui a mené des expériences sur des souris et travaille également pour Peta.

La plupart des scientifiques ne sont pas d’accord avec l’appel de Peta à une interdiction totale des tests, préférant des mesures visant à réduire le recours aux tests sur les animaux.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button