Un rappel à l’ordre de la préfecture du Loiret pour l’entreprise Sidésup à Engenville

Sidesup à Engenville investit pour répondre à la demande croissante en lait bio.

Un inspecteur en environnement a constaté plusieurs faits lors d’une visite sur place le 8 septembre. a souligné ce point. L’exploitant ne procède pas à une « évaluation continue des émissions de poussières atmosphériques pour les débits massiques horaires et annuels ». NOx (également appelés oxydes d’azote).


Deuxièmement, “L’exploitant ne prend pas toutes les mesures nécessaires dans la conception, l’aménagement et l’exploitation de l’installation pour limiter l’émission de particules polluantes dans l’environnement, pour respecter les valeurs limites d’émission de substances polluantes.”

L’inspecteur a indiqué que « l’exploitant n’est pas certain de l’exactitude et de la représentativité des données d’autocontrôle des analyseurs en continu ».

Sciure stockée à l’extérieur pendant l’opération de contrôle

D’autres plaintes incluses. “L’exploitant n’a pas effectué de suivi annuel des dépôts de poussières lors de la campagne luzerne 2022.” Et cela”Les travaux d’adaptation acoustique des installations n’ont pas pu être réalisés à temps.”

Lire Aussi :  l’ESS, une économie engagée pour les territoires

D’autres manquements ont été constatés le 8 septembre : « La sciure étant stockée à l’extérieur dans un hangar de stockage privé, l’exploitant ne peut garantir l’absence de fermentation qui peut s’enflammer en cas d’intempéries.

Le silo 3 ne dispose pas d’un nombre suffisant de sondes de silothermométrie. contre “L’exploitant n’effectue pas d’inspection annuelle de l’étanchéité des conduites d’alimentation en gaz naturel.”

Suite à ce constat, Le préfet a demandé à Sidésup, entre autres. Stockage de la sciure dans un bâtiment séparé ; Conditions de stockage des produits finis (granulés de luzerne, granulés de bois, etc.) pour éviter que la fermentation ne produise des gaz inflammables ; de évaluation continue des poussières atmosphériques et des émissions de NOx ; Effectuer un traitement d’adaptation acoustique, etc.

Lire Aussi :  l'entreprise voudrait dtrner Google Maps et devenir le plus grand fournisseur mondial de donnes de golocalisation

« Il y a des choses derrière nous.

La société Sidesup, qui dépend du groupe Cristal Union, est également concernée cette année. Entre février et septembre, la Direction régionale de la protection de l’environnement et de l’habitat a mené cinq inspections.

Jean-Marie Bélières, directeur de Sidésup, le reconnaît : “Il y a des choses pour lesquelles on est en retard.” Toutefois, les retards non directement imputables à la Société :

« Nous avions les jauges qui devaient être disponibles en juillet. Mais nous les avons eues plus tard. Nous les installons. Nous commençons à travailler dessus. Des travaux sont prévus, mais pas encore terminés. a obtenu l’approbation en mai et est resté au milieu de la campagne.”

Lire Aussi :  Le marché des cryptomonnaies remonte et les liquidations s'enchainent – Pourquoi ?

Concernant la sciure stockée à l’extérieur le 8 septembre, Jean-Marie Bélières a souligné que ce n’était pas la norme : « Quand l’inspecteur est arrivé, il y avait deux ou trois camions de sciure. Ce n’est pas normal, le cas. Si trois lignes de production fonctionnent, tout va bien. Autrement dit, C’est plus compliqué. A noter que la troisième ligne a été lancée le 15 septembre. La première ligne, qui fonctionne au gaz naturel, ne fonctionne qu’occasionnellement. “

Aurélie Richard

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button