Trump officialisera mardi sa candidature à la présidentielle de 2024, selon un conseiller

Bien que son influence sur le Parti républicain reste indéniable, il est apparu affaibli lors des élections de mi-mandat, alors que nombre de ses lieutenants étaient déçus.

L’ancien président américain Donald Trump, dont la rumeur dit qu’il serait de nouveau prêt à briguer la Maison Blanche, déclarera mardi qu’il estcandidat à l’électionen 2024, a confirmé vendredi l’un de ses proches conseillers. Le magnat de l’immobilier a déjà laissé entendre qu’il pourrait se présenter, promettant qu’il ferait un “grande annonce– le contenu qui n’excite pas vraiment le suspense ces derniers jours.

Le président Trump annoncera mardi qu’il est candidat à la présidence. Et ce sera une annonce très professionnelle et très propre“Son conseiller Jason Miller a parlé de”Cellule de crise», podcast Steve Bannon, autre ami proche de Donald Trump. Le républicain de 76 ans estime que la question de sa candidature »ne demande même pasM. Miller a expliqué, disant qu’il lui avait parlé plus tôt dans la journée.

Lire Aussi :  "Nous serons à vos côtés" jusqu'à ce que "l'Ukraine gagne", déclare le Premier ministre britannique en visite à Kiev

Bien sûr je me présente. Je vais le faire, et je veux m’assurer que les gens savent que je suis viré et que nous devons remettre le pays sur les rails.», lui assurerait Donald Trump. »Tout le monde sait que je vais me montrer, alors allons-y», ajouterait-il. La candidature de Donald Trump sera sa troisième à la Maison Blanche. Mais même si son influence sur le Parti républicain reste indéniable, il est apparu affaibli aux élections de mi-mandat de mardi dernier, alors que nombre de ses lieutenants étaient déçus.

Pas de vague conservatrice

ont “vagueLa campagne conservatrice espérée par ses partisans n’a pas décollé et, même si les résultats définitifs ne sont pas encore connus, les démocrates semblent avoir réussi à limiter la casse. Plusieurs jours après le scrutin, un décompte des voix suspensif s’est poursuivi vendredi, et le contrôle du Congrès est resté incertain. Les républicains semblaient bien partis pour remporter la majorité à la Chambre des représentants, mais il leur manquait encore sept sièges.

Lire Aussi :  les États-Unis accusent la Corée du Nord d’aider la Russie

Quant au Sénat, un scrutin au Nevada et un autre en Arizona pourraient être décisifs. Si un parti remporte ces deux sièges, il remporte la chambre haute. Mais si l’un va chez les républicains et l’autre chez les démocrates, les Américains devront être patients. Alors tout se jouera en Géorgie où, l’un des candidats n’ayant pas réuni 50% des voix nécessaires pour remporter le siège de sénateur en jeu mardi, un second tour sera organisé… le 6 décembre.

Lire Aussi :  Avec Xi Jinping, la ″poutinisation″ du pouvoir en Chine | International | DW

Contrairement à Donald Trump, le gouverneur de Floride Ron DeSantis, triomphalement réélu, est couronné à l’image du grand vainqueur de cette saison électorale. La victoire de la nouvelle star d’extrême droite renforce sa place de rival potentiel de l’ancien président pour l’investiture républicaine. Cela n’a pas échappé au milliardaire, qui a enchaîné cette semaine piques et moqueries contre ce surnom”.Le Ron-Moral». Et, coïncidence dans le calendrier ou pas, mardi sera aussi le jour de la sortie des mémoires d’un autre possible concurrent de Donald Trump, son ancien vice-président Mike Pence.

L’élection de 2024 pourrait être une répétition de l’élection de 2020 : son adversaire, l’actuel président démocrate Joe Biden, l’a réaffirmé cette semaine”.intentionbriguer un second mandat. Mais il a pris soin de reporter toute décision définitive à l’année prochaine.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button