Remontée spectaculaire de Dubois – TVA Sports

Steven Dubois a remporté samedi la plus impressionnante médaille d’argent de sa carrière aux Championnats du monde de patinage de vitesse sur courte piste à l’aréna du Marais-Richard.

Relégué à la dernière place après un accrochage lors de l’étape belge desmet, Dubois a ouvert le turbo pour se remettre en lice pour le podium. Après être revenu à la troisième place, le triple médaillé olympique de Pékin a surpris le Coréen Hong Kyung-hwan en lui volant la médaille d’argent à la fin. de la Fin de l’image Une décision devait être prise entre les deux patineurs.

Dubois a finalement devancé son adversaire de 0 s 001 pour monter sur la deuxième marche du podium du 1500 mètres et priver les Coréens du doublé.

Coupe du monde courte piste 2022

Crédit photo : Photo Martin Chevalier

“J’ai dit à Jordan [Pierre-Gilles] Il a dit qu’il pensait que j’avais de l’argent, mais j’avais des doutes. Je suis arrivé si tôt que j’ai surpris beaucoup de monde. Le Coréen ne m’a pas vu si je n’ai pas pu atteindre la deuxième place. »

incompétent

Après le clash avec le Belge, finalement disqualifié pour avoir tenté un takedown illégal contre Pascal Dion et qui a ruiné la course au vice-championnat du monde, Dubois a-t-il des chances de revenir à la bagarre ?

“Quand je me suis retrouvé au dernier rang, j’ai ramassé mes clochettes et j’en ai fait une Réorganisation, il expliqua. C’est une course intéressante, mais rien ne m’enlèvera mon succès à Dresde où je suis passé de la quatrième à la première place pour remporter l’or. »

Dubois était très content.

“J’ai passé une belle journée avec deux médailles et nous avons dominé pour nous qualifier pour la finale du relais 5000m, soulignant qu’il avait remporté la médaille de bronze pour avoir patiné les quarts de finale du relais 2000m (mixte). Au 5000m je n’ai pas besoin de quoi que ce soit à la fin parce que les gars ont ouvert la machine avec quelques tours à faire.”

Avec un bon rythme, Maxime Laun a en effet creusé l’écart de manière significative avec le Kazakhstan et le Canada n’est jamais inquiété. Les Chinois ont chuté après avoir mené la majeure partie de la course. “Notre plan était d’être calme et de prendre des risques”, a déclaré Lawn, qui a atteint la finale B du 1000m. J’ai profité de la bonne pression de Pascal pour mener. »

Lire Aussi :  Les Bleus et le scandale des hôtesses

Pas étonnant

De son côté, Dion n’a pas été surpris par le geste de Desmet. Le vice-champion du monde occupait la deuxième place au moment de l’événement, inscrivant quatre buts.

“Il essaie toujours d’aller plus vite en étant plus agressif”, a-t-il expliqué. Il m’a frappé comme un joueur de hockey. Comme je ne suis pas gros et que c’est un grand gars, c’était un gros problème. J’ai fait une bonne course et misé sur une bonne stratégie, mais il n’y a rien de mal à courir comme ça en finale. Si on était en demi-finale, j’aurais progressé, mais ce n’est pas pardonné en finale. »

Au pied du podium

Jordan Pierre-Gilles a occupé presque le même poste que Dubois, mais il a été de peu en deçà. La patineuse sherbrookoise s’est réjouie de sa quatrième place au 1000m.

“Avant le relais, les gars savaient que j’étais contrarié d’être si près du podium, mais cette quatrième place m’a poussé à attaquer plus fort et a servi de motivation. Notre performance dans le relais a fait chaud au cœur.”

“Avec l’expérience qui vient et s’améliore sur les plans physique et stratégique, tout est possible pour moi sur 1000m, a poursuivi Pierre Gilles. Je suis labellisé patineur sur 500m, mais je peux aussi bien faire sur 1000m.”

Claudia Gagnon n’a pas peur

Claudia Gagnon a fait un travail fantastique lors de la finale du 1500m dans les ligues majeures.

Après avoir marqué quatre buts et s’être retrouvé en deuxième place devant la multiple médaillée olympique Suzanne Schulting des Pays-Bas, Gagnon a dépassé la championne du monde coréenne Kim Geun-hee pour prendre les devants.

« C’était un dépassement fantastique et je n’y croyais vraiment pas car j’ai pris la tête avec quelques allures. Avant le début de la finale, j’étais un peu impressionné par mes concurrents, mais je ne voulais pas perdre la course. Se confondre dans le flux Reiki [Doak] Et moi, on se dit toujours que nos adversaires sont des pions plutôt que des noms, pour ne pas paniquer. »

Lire Aussi :  Le Tour de France 2023... il convient le mieux à quel coureur ?

Présence temporaire

La présence de Gagnon au premier rang fut de courte durée. Schulting a immédiatement répondu avec une grande passe extérieure pour devancer les deux leaders et courir vers la victoire.

Quant à la patineuse de La Baie, les derniers tours ont été très difficiles et elle a terminé la course au septième rang.

“Je suis contente de ma course et de mon résultat”, a-t-elle déclaré. Je voulais foncer et être agressif et c’est ce que j’ai fait. J’étais courageux sans peur de l’échec. La dernière année d’entraînement et mon travail cet été m’ont donné beaucoup de confiance. Je n’ai pas peur de la peur. C’est ce qui me manque le plus
ma génération “

Finale relais 3000m

Sans accroc, le Canada a obtenu son billet pour la finale du relais 3000m malgré avoir été devancé par les Américains dans la troisième vague. La Pologne s’est effondrée après un bon départ.

En raison d’un contact avec Gagnon lors de l’épreuve de 18 tours, Correa a ensuite été disqualifié de la course.

« On allait finir premier ou deuxième pour se qualifier, a dit Gagnon, mais Correa m’a couru. On a essayé des choses comme les dépassements à l’extérieur, ce qui est très rare sur le rail, mais on peut bien se tenir en finale.

Kim Boutin s’est retirée de la finale du 1000m B pour conserver ses forces pour le relais. Le quatuor canadien était complété par Dana Bliss et Rene Sting.

Le Canada affrontera les États-Unis, les Pays-Bas et l’Italie en finale dimanche après-midi.

Première médaille en Coupe du monde à 16 ans

Le patineur courte piste Mathieu Pelletier a remporté le bronze au relais mixte

À seulement 16 ans à ses débuts en Coupe du monde, Mathieu Pelletier n’a pas tardé à décrocher sa première médaille.

Dans un relais mixte où le Canada a décidé de miser sur les jeunes, Courtney Sarolt, Pelletier, Félix Roussel et Ricky Duak ont ​​remporté la médaille de bronze.

Coupe du monde courte piste 2022

Crédit photo : Photo Martin Chevalier

Après une chute des Néerlandais, le Canada s’est retrouvé deuxième et Peltier a pris le dernier tour. Le deuxième plus jeune patineur artistique canadien de l’histoire a été battu par la Belgique en finale de la Coupe du monde pour remporter la médaille d’argent. La Corée a remporté la médaille d’or devant de nombreux fans.

Lire Aussi :  Ligue A : le TVB joue un mauvais "Tours" à Narbonne

“Quand j’ai pris la dernière manche en deuxième place, j’avais froid, mais j’ai réussi à rester concentré”, a déclaré le patineur de Laval. Je savais que les Belges essaieraient de sortir. j’ai perdu mon équilibre [il a franchi le fil sur les fesses]Mais j’ai réussi à garder la médaille. »

A 21 ans, Russell a aussi vécu son baptême en Coupe du monde.

« C’est un plaisir que Matthieu et moi ayons vécu ces moments ensemble, a exprimé le patineur de Sherbrooke. Nous étions tous les deux nerveux avant la finale. Les vétérans nous ont rassurés et nous ont montré la voie.

« La Coupe du monde est vraiment différente, a ajouté Pelletier. Avec les étudiants qui criaient le premier jour, c’était vraiment spécial. »

Dans le relais 2000m, les juniors ont pu faire compter Saralt.

“Courtney était vraiment forte et nous a mis à notre place”, a déclaré Roussel. Quand elle m’a frappé, je l’ai frappée”Va le chercher“Ça m’a calmé.”

Connexion Nouveau-Brunswick

Si les deux recrues apprécient de vivre ensemble dans l’instant, il en va de même pour Sarolt et Ricky Doak. Deux patineurs du Nouveau-Brunswick s’entraînent ensemble depuis des lustres.

“Gagner cette médaille avec Ricky est incroyable”, a déclaré le patineur de Moncton. Nous patinons ensemble depuis longtemps et nous nous faisons beaucoup confiance. »

“Je suis fier de la performance des garçons”, a poursuivi Sarol. J’adore m’impliquer dans les relais et j’ai donc adressé des mots d’encouragement à Félix lors de l’échange. Cela donne plus de motivation et de confiance. »

Une demi-finale exigeante

Les demi-finales n’ont pas été faciles pour les Canadiens qui ont eu la chance d’obtenir un billet pour la finale.

En quatrième position, le Canada a profité de la compétition entre les patineurs chinois et japonais pour se hisser au deuxième rang et s’assurer un billet pour la finale.

Au final, la Chine, qui occupait la deuxième place au moment de l’épreuve, a été disqualifiée et le Japon a terminé troisième. Les Pays-Bas ont pris la première place.

Le Canada a compté sur les quatre mêmes patineurs en demi-finale et en finale.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button