Qu’est-ce que le programme Artémis de la Nasa?

Artemis est le nom de la mission américaine de retour sur la Lune, composée de missions de complexité croissante. Son ambition était de mettre la première femme et la première personne de couleur à la surface de la lune.

Son nom a été choisi à la suite de la mission Apollo, qui a transporté 12 hommes sur la Lune entre 1969 et 1972. Artémis, dans la mythologie grecque, était la sœur jumelle d’Apollon (Apollo en anglais) et la déesse associée à la Lune.

Voici une liste de ces efforts, jusqu’au but ultime : amener les humains sur Mars.

– Artemis 1 : vol d’essai

La mission d’Artemis 1 est de démonter la nouvelle fusée géante de la NASA, baptisée SLS, avec la capsule Orion à bord, afin qu’ils puissent transporter en toute sécurité les futurs engins spatiaux.

Tautrou fait le tour de la Lune avant de revenir sur Terre.

– Artemis 2 : premier hôte

Prévue pour 2024, Artemis 2 emmènera des astronautes sur la Lune, mais n’y atterrira pas, comme l’a fait Apollo 8. en orbite autour d’elle.

Lire Aussi :  La technologie ne nous enthousiasme plus... comment en est-on arrivé là ?

La composition de l’équipage devrait être annoncée d’ici la fin de l’année. Nous savons déjà qu’un Canadien va être de la partie, alors ce sera le premier dans le grand bain.

– Artemis 3 : L’alunissage

Cette troisième mission peut être comparée à Apollo 11 : c’était la première mission à faire atterrir des astronautes sur la Lune.

En arrivant pour la première fois au Pôle Sud de la Lune, la présence d’eau sous forme de glace est confirmée, pas aussi près de l’équateur qu’Apollon.

Artemis 3 est prévu pour 2025, mais selon un examen public indépendant, il devrait avoir lieu en 2026 “au plus tôt”.

A partir d’Artemis 3, la NASA compte lancer environ une mission par an.

– Atterrisseur SpaceX

La NASA a sélectionné SpaceX pour construire l’atterrisseur Artemis 3.

Avec du béton, cet équipage effectuera un transfert entre le vaisseau spatial Orion placé en orbite autour de la Lune, et la surface de la Lune. Le capitaine transportant les quatre astronautes a atterri sur l’équipage, puis a réussi à en relâcher deux à la surface, puis à les remonter quelques jours plus tard. Ils s’installèrent sur Orion et retournèrent tous sur Terre.

Lire Aussi :  Pixel 7 Pro vs iPhone 14 Pro, meilleur qu’un appareil photo professionnel ?

Cet équipage, livré séparément par SpaceX, sera la version du vaisseau spatial Starship, qui effectuera désormais des tests suborbitaux.

Pour atteindre l’orbite terrestre, il devra être propulsé par la première fusée Super Heavy, qui est encore en cours de développement.

Avant de pouvoir se rendre sur la Lune, il faudrait le confirmer en ravitaillant l’espace directement à partir d’un autre vaisseau spatial, qui avait déjà été rempli de carburant – un transfert dangereux qui n’avait jamais été tenté.

Pour la suite du projet Artemis, la NASA a lancé un nouvel appel à propositions auprès d’autres entreprises pour le développement d’autres pays.

– Station spatiale Gateway

Le projet Artemis comprend également la construction d’une station en orbite autour de la Lune, appelée Gateway.

Le lancement des deux premiers éléments – un module d’habitation et un système de propulsion – est prévu fin 2024 au départ, par la fusée SpaceX Falcon Heavy.

Lire Aussi :  Le bien commun, de quoi parle-t-on ?

Les prochains étages seront lancés par le SLS en même temps qu’Orion et son équipage, chargés de les assembler à destination.

Les astronautes y séjourneront entre 30 et 60 jours. Enfin, il y avait une piste d’atterrissage pour qu’ils puissent descendre sur la Lune depuis la station.

Gateway devrait également être en place avant les voyages vers Mars.

– Cible : Mars

L’étoile au cœur du projet Artemis n’est pas la Lune, mais Mars.

Avec la construction d’une base à la surface de la Lune, la NASA veut tester les technologies nécessaires pour envoyer des gens sur la planète rouge : nouvelles chaussures, véhicules à déplacer, centrales basse consommation, utilisation d’eau légère…

L’idée est d’apprendre à établir une présence humaine permanente loin de la Terre, sans aller trop loin.

Pour être honnête, la Lune n’est qu’à quelques jours. Mars, plusieurs mois.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button