Olivier Dussopt veut aller « au-delà de 1.100 euros » minimum pour les carrières complètes

A la veille de l’ouverture du second tour de concertation sur la réforme des retraites, Olivier Dussopt promet une augmentation d’une partie des retraites. Le gouvernement entend “aller au-delà des 1.100 euros” de “retraite minimum pour le plein emploi”, a indiqué le ministre du Travail dans un entretien avec Échos sortie lundi soir.

“Malgré l’inflation et la revalorisation du Smic, on s’attend à passer autour de 85% du Smic net”, soit 1.130 euros aujourd’hui, précise-t-il. Il s’agit de créer “un écart suffisant entre l’âge minimum (953 euros pour une personne aujourd’hui) et la retraite minimum, pour valoriser le travail”. Selon le ministre, “cela permettra à environ 25% des nouveaux retraités – et majoritairement des femmes – d’avoir une pension plus élevée”.

Lire Aussi :  Emmanuel Macron craint que « la France devienne une variable d’ajustement » entre Washington et Pékin

La question des aliments spéciaux

Olivier Dussopt détaille également les régimes spécifiques qui seront concernés par la réforme des retraites, citant “ceux des industries électriques et gazières, de la RATP ou encore ceux de la Banque de France”. Pour ces régimes, le gouvernement “apprécie la clause du sénateur, sur le modèle de la SNCF, qui a fermé l’accès au régime spécial des nouveaux agents”.

Le ministre ne doute pas que “la question de l’Assemblée nationale et du système sénatorial sera abordée dans le cadre de la sortie du parlement”, mais il exclut certains régimes, comme ceux des marins ou des danseurs de l’Opéra de Paris et de la Comédie française.

Lire Aussi :  En France, ces millions de personnes qui ne mangent pas à leur faim

Interrogé sur l’éventuel déplacement de l’âge à partir duquel il est possible de partir progressivement à la retraite (60 ans), il déclare “quand on déplace l’âge d’ouverture des droits, c’est logique que les rangs soient nettement décalés”. Cette logique peut s’appliquer notamment au système de carrière longue, qui permet de prendre sa retraite plus tôt lorsque l’on commence à travailler tôt (avant 20 ans). Il y voit toutefois deux exceptions : le gouvernement ne veut pas « modifier l’âge de suppression de la décote qui est de 67 ans », ou « modifier les limites d’âge permettant la retraite à taux plein pour les personnes bénéficiant d’une assurance invalidité ou d’âge inadapté ». . 62 ans et pour les travailleurs handicapés à 55 ans ».

Lire Aussi :  la conductrice condamnée pour des faits « involontaires » mais d’une « extrême gravité »

Interrogé sur le sens des économies réalisées, Olivier Dussopt a répondu qu'”un euro de cotisation retraite ne financera que les retraites”. Mais en encourageant l’emploi des seniors, la réforme pourrait aussi générer plus d’impôts et de revenus sociaux pour les autres branches de la Sécurité sociale, note-t-il.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button