Noidans-lès-Vesoul. Pour Frédéric Vichot, « la boucle est bouclée »

Sa pause publicitaire se termine le 15 juillet 1985 alors qu’il se retrouve à Toulouse. Ce jour-là, Frédéric Wicket termine à la force du mollet, la seule attaque que seul le cyclisme propose. A peine, contre tous, un seul homme quitte un peloton, le peloton, à pied pour une pause solitaire de 207 kilomètres. C’est l’une des plus longues séquences de victoires en solo de la Grand Boucle. Le Haut-Saônois, alors âgé de 26 ans, signe la plus belle victoire de sa carrière dans le Tour 85, battant le peloton de 3 minutes. Il s’agit de sa deuxième victoire d’étape sur la Grande Boucle après Grenoble en 1984.

Laurent Fignon, son colocataire

Il y a dix jours, comme un symbole, “Fred” revenait à Toulouse pour refaire l’étape à vélo, 37 ans plus tard, quelques cheveux en moins, quelques kilos en trop. Le cycliste professionnel, malgré 63 ans au compteur, reste rapide. Depuis la fin de sa carrière, il a parcouru 10 000 kilomètres par an pour le plaisir. “J’ai été vacciné à vélo”, raconte-t-il. Cette étape Aurillac – Toulouse, Haut-Saônois l’a fait parce qu’il a participé à un meeting de masse avec l’enseigne de “culture vélo” : “C’était l’occasion de boucler la boucle”, image Vesolin qui a mis en scène en deux Complète les étapes. Une fois 160 km, une fois 87 km. “J’ai eu quelques flashs qui m’ont rappelé cette étape où j’étais sous le maillot jaune virtuel. Pour le reste, tout a changé, explique-t-il depuis le comptoir de “son” désormais ancien magasin de vélos.

Lire Aussi :  Parlons MotoGP : Un nouveau record qui en dit long !

Depuis le 30 septembre, Franck-Comtos n’est officiellement plus le gérant du magasin de vélos “Culture Vélo – Frédéric Vichot” après l’avoir vendu au spécialiste du VTT et de l’enduro Romain Diani. “Fred” décroche un transfert en novembre, un transfert comme Wicht savait le faire lorsqu’il roulait pour ses aînés. Laurent Fignon en était un.

Avec un motet et un début vernaculaire

“Je partageais la même chambre que Laurent Fignon quand on était dans l’équipe de Joanville. J’ai aussi travaillé pour Luc LeBlanc, j’ai roulé avec Motte (Charlie) et j’ai connu Richard Werenck au départ. Cavalier complet.”, Vesolin a tourné sa carrière en 1992, bouclant son dernier Tour de France en 1989 avec une 20ème place et une victoire d’étape sur la Vuelta (Tour d’Espagne). Le prochain vainqueur du Tour de France ? l’amant de la petite reine.

Lire Aussi :  Dustin Johnson, Patrick Reed, Talor Gooch et Pat Perez remportent le tournoi le plus lucratif de l'histoire du golf

Après quelques temps à chercher une reconversion professionnelle, d’abord dans l’encadrement d’équipes puis dans l’éducation nationale, le cycliste se lance dans les affaires en ouvrant son premier magasin de vélos en 1997, qu’il développera par la suite pour devenir une référence parmi les coursiers.

Ce contenu a été bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant “Je suis d’accord”cookies et autres traceurs seront stockés et vous pourrez visualiser le contenu (Plus d’information).

En cliquant “J’accepte tous les cookies”vous consentez au stockage de cookies et autres traceurs pour stocker vos informations sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et à des fins publicitaires.

Vous avez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.
Gérer mes options



“La vie d’entreprise, c’est comme faire du vélo, c’est un combat au quotidien. J’ai fait du vélo pour gagner de l’argent, ce n’était pas mon moteur, mais par passion. C’était pareil pour mon magasin : ce que je faisais, je voulais bien faire », assure le vendeur, qui était aussi testeur. Le Haut-Saônois compte : depuis sa création, il a parcouru 900 000 km. Avec sa retraite, il a l’intention d’atteindre des millions bientôt. bonne route

Lire Aussi :  De Marchi chez BikeExchange-Jayco : «Je suis vraiment fier»


Romain Diani, acheteur, et Frederick Wichot.  Photo ER/David HANISCH



Les clients veulent “l’équilibre avec un VTT”.

Il a travaillé dans la publicité entre Paris et la Belgique. Le voici à Wissol, en reconversion. Romain Diani est le nouveau gérant du magasin “Culture vélo” à Noidans-lès-Vesoul. Spécialiste de l’enduro et du VTT, il entame une nouvelle vie professionnelle… qui est aussi sa passion, le cyclisme. « Je ne révolutionne pas le magasin ! », lance-t-il immédiatement. « L’idée est de continuer ce que Fred a fait. Je veux juste avoir un équilibre entre la partie route et la partie VTT.” Il enchaîne avec les marques Trek, Scott, Lapierre, Moustache. Quatre salariés travaillent dans cet open space du mardi au samedi.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button