MotoGP Valence J2 Débriefing Fabio Quartararo (Yamaha/4) : Ses réactions face à sa mission impossible ! (Intégralité)

Ce samedi 5 novembre 2022, Fabio Quartararo A l’issue de la deuxième journée du Grand Prix, la communauté valencienne a répondu aux questions des journalistes du circuit Ricardo Tormo.

Malgré ou à cause de la mission quasi impossible qui l’attend demain, le pilote français ne ressent aucune pression et va tout donner pour relever le défi, mais est satisfait de l’excellent travail accompli cette année.

comme d’habitudenous rapportons ici ce mot sans aucun formatage, même s’il est partiellement traduit (vouvoiement pour l’anglais, tu pour le français).


Fabio Quartararo :” Je me sens bien. Je me sens même mieux ! Aujourd’hui était l’un des meilleurs samedis de la saison. Pour être honnête, FP4 était vraiment bon, le rythme était excellent et dans le dernier tour, nous avons changé quelque chose dans l’électronique et cela a bien fonctionné. Par conséquent, il est sûr d’être le meilleur pour la première fois au rythme de la course. Et dans l’attaque du temps, on sait qu’on a encore du mal, mais aujourd’hui j’ai décidé de tout donner. C’est à deux dixièmes de la pole, mais nous sommes P4 et je suis très content de ma position. »

Aujourd’hui, croyez-vous un peu à un miracle pour le titre ?
Je ne pense pas à ça, je pense à gagner. Si je gagne la course, peut-être que quelque chose se passera. Mais mon objectif principal pour demain sera de me battre pour la victoire, car c’est la seule chose que je peux faire par moi-même. Je pense que nous sommes dans une très bonne tendance et nous commençons dans une très bonne position. La commande est bonne. En ce qui concerne les pneus, c’est très clair, donc je suis confiant. »

Souhaitez-vous avoir des informations sur Pico sur votre tableau de bord ou est-ce la seule chose qui compte vraiment en premier ?
« Oui, c’est le plus important. On ne s’est pas battu pour la victoire depuis l’Allemagne, donc ce sera très important pour moi de me battre jusqu’au dernier tour, et je suis déjà très content de mon week-end. manque et j’ai hâte d’être demain. Il fait très chaud car je dois faire du vélo et… c’est difficile. Nous n’avons pas de vélo facile : dans le virage 1, le vélo à l’entrée du virage “Ça roule sous les freins . Mais je suis confiant.”

Lire Aussi :  une filiale de Vinci mise en examen

Pouvez-vous gagner à partir de la deuxième ligne ?
oui ! oui. Et tu sais, pendant la saison, on ne sait jamais… Je ne sais pas si ‘stupide’ est le bon mot mais une passe ‘bizarre’, gros risques à passer, mais demain c’est le jour où je peux Tout ce que je veux (rires). Je vais devoir le faire et vous savez, ce n’est pas une bonne position d’avoir 23 points de retard, mais dans ce cas, je pense que c’est le seul point positif que je puisse trouver. »

Mentalement, vous êtes-vous senti mieux à Massano l’an dernier ?
oui ! Et vous savez, avant Misano, j’étais aussi très nerveux parce que je me battais vraiment pour le titre deux courses avant la fin. C’était différent. Mais le fait est qu’en entrant dans la dernière course comme celle-ci, bien sûr, ma situation est juste de sortir. Pour cette génération, ce sera bien. »

Avec trois gars sur la première ligne de la grille qui ont aussi quelque chose à prouver, ça va être très agressif…
Je n’ai rien à prouver mais je dois gagner (rires). Mais bien sûr, ce sera une course où nous devrons passer mais nous devons être intelligents car les pneus sont définitivement stables mais dans le passé, vous avez toujours vu les 20 premiers tours se dérouler très bien puis très rapidement dans le dernier se détériorer Sept tours mais je me sens confiant et l’usure est meilleure que prévu, mais bien sûr nous serons très agressifs dès le départ. »

Quoi qu’il arrive demain, serez-vous fier de défendre votre titre ?
oui ! Bien sûr, j’ai fait des erreurs, nous avons fait des erreurs avec l’équipe, mais vous savez, ce qui s’est passé pour nous en début de saison, je pense que je suis très heureux et j’ai beaucoup appris cette saison. Donc, comme je l’ai dit, quoi qu’il arrive demain après-midi, je serai heureux. »

Lire Aussi :  Chris Froome : «Non, je n'ai pas encore dit mon dernier mot... »

Les ailes arrière testées par le nail crunch peuvent-elles vous aider ?
Je ne veux aucune confusion. J’ai fait la même chose toute l’année, même aujourd’hui, et la vitesse était l’une des plus rapides. Je ne les essayerai donc pas demain. Bien sûr, je les testerai lors du test de mardi mais j’ai déjà parlé avec Cal lorsqu’il a essayé à Jerez, et je suis en contact avec lui. »

Vous les aimez ? Parce qu’ils ont l’air tellement plus gros que les Ducati…
Je n’ai pas vraiment besoin de les aimer : ils doivent travailler (rires). »

Quel est votre point faible ? Et pouvez-vous l’améliorer pendant la chaleur?
Nous savons où est le problème. Du départ au virage 1, il y a déjà une bonne part dans la vitesse, mais dans l’attaque chrono, encore plus. Dans ce dernier secteur, nous n’avons pas plus de prise que d’autres. Je pense donc que dans les virages 1 et 4, nous n’avions pas le grip avec les pneus neufs. Avec les vieux pneus, nous sommes très similaires, mais du dernier virage au premier virage, nous savons que nous perdons plus d’un dixième. Au virage 1, je ferai de mon mieux mais ce n’est pas une tâche facile. »

Qu’avez-vous pensé de Pico aujourd’hui ?
Honnêtement, je m’en fous ! C’est marrant parce qu’à la télé on dirait qu’on court, lui et moi. Vous ne voyez que lui et moi à la télé, mais à la fin je dois me concentrer sur moi-même. Comme je l’ai dit, ce n’est pas comme si nous n’étions qu’à cinq points d’écart et que nous nous battions de près : nous avons un gros écart. Donc ce qui m’importe c’est de gagner, alors ce qu’il fait n’est pas mon problème. Alors je me concentre uniquement sur moi. »

Lire Aussi :  Romain Langasque porte-drapeau français à Dubaï

As-tu un conseil pour les deux jeunes pilotes qui se battent pour le championnat ?
Je m’en fiche non plus (rires). Pour être honnête, lorsque votre objectif est clair dans votre tête, je ne mets aucune énergie à penser à autre chose. Tu sais, parfois tu te dis même “bon, le plan pour commencer la course va être ceci et cela”, et à la fin quand tu arrives au premier virage, tu n’as pas de plan à la fin. Et finalement ça va parce qu’il n’y a pas de plan qui marche à 100 %. C’est l’essentiel. »

Avez-vous peur des manipulations comme Marco Bizicchi a failli en faire en Malaisie ?
Ce n’est pas un problème, nous sommes tous en compétition les uns contre les autres. Et bien sûr je peux répondre. C’est donc tout à fait normal, car nous sommes tous en compétition. Bien sûr, si le pilote est vraiment sale et qu’il ne se bat pas pour le championnat, ce n’est pas vraiment juste, mais bon, Baez était proche en Malaisie, mais n’a pas tenté le stupide dépassement. »

Yamaha a-t-il changé quelque chose pour démarrer à cause de votre doigt ?
Oui, mais ce n’est pas vraiment à cause de mes doigts. Là, il est en bonne santé mais j’ai été blessé quand j’étais enfant et c’est un problème car ici on utilise beaucoup le mur latéral et je dois être le plus bas possible. On a modifié mais c’est pour ça que je voulais mettre le plan en bas et en haut, mais ce n’était pas possible (rires). »

Grand Prix Qualifications 2 résultats Moto GP Communauté valencienne sur le circuit Ricardo Tormo :

Résultats des qualifications du Grand Prix 1 Moto GP Communauté valencienne sur le circuit Ricardo Tormo :

Crédit d’évaluation : MotoGP.com



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button