Mort de Justine Vayrac : des habitants de toute la France viennent lui rendre hommage à Tauriac

nécessaire
Cela fait six jours que le corps de Justine Vayrac, Lotoise de 20 ans, a été retrouvé près du domicile du suspect à Beynat (Corrèze). Dans la petite ville de Tauriac où elle vivait avec son fils, l’ambiance est très bonne. Des résidents sont venus de toute la France pour lui rendre hommage.

Le silence a régné sur Tauriac pendant six jours. Ceux qui s’approchent de la table où sont étalés de nombreux bouquets le font d’un pas lourd mais silencieux. Cette habitante de la petite ville de 400 habitants vient déposer des roses blanches, adressées à un “petit ange”. De ses doigts, il dépose un ultime baiser sur le visage du portrait de Justine Vayrac. Depuis que son corps a été retrouvé jeudi dernier à Beynat (Corrèze) près de la ferme du suspect, c’est la panique et l’incompréhension. Devant la mairie, où Justine vivait au dernier étage avec son fils de deux ans et demi, une table abrite de nombreux bouquets mais aussi un cahier de doléances pour ceux qui veulent lui dire au revoir. .

Lire Aussi :  Coupe du monde 2022 : la France sur le podium des équipes qui coûtent le plus cher

“Je suis venu par respect”

Ce mardi en début de soirée, ils seront nombreux à venir rendre hommage à Justine. Certains, eux aussi pris par l’émotion, se garent en file double juste le temps de déposer un bouquet. D’autres prennent le temps de méditer devant la photo de la mère.

Lire Aussi :  En France, l’inflation a probablement atteint son pic en 2022

Il y a une photo de Justine debout au milieu des fleurs.

Il y a une photo de Justine debout au milieu des fleurs.
DDM Auregan Texier

Un peu avant 15h, une jeune femme du même âge que Justine vient lui rendre hommage. Elle est accompagnée de sa mère, qui décrit une affaire “terrible” impliquant “des gens qu’on a vus grandir”. Axelle, qui habite à Puybrun, à deux kilomètres de Tauriac, connaissait Justine de vue. Elle était au collège Bretenoux quand la victime était au collège Saint-Céré. “Je suis venue par respect”, souffle la jeune femme.

“Injustice”

Pour rendre hommage à Justine, il n’est pas nécessaire de la connaître. Comme cette paire de Corrèze. “C’est tellement terrible ce qui s’est passé. On a une fille du même âge, ça pourrait lui arriver. C’est pour ça qu’on a voulu déposer des fleurs”, a dit l’homme, les larmes aux yeux. Il écrit une note sur le carnet avant de continuer son chemin. A Brive, de nombreuses fleurs ont également été déposées devant la discothèque “La Charrette”, où Justine a disparu.

500 mots ont été signés dans le cahier de plainte.

500 mots ont été signés dans le cahier de plainte.
DDM Auregan Texier

Sur le cahier des plaintes, plus de 500 messages ont été écrits pour la famille de Justine. “Nous nous associons à votre grand chagrin. Injustice envers votre femme et votre mère qui ne méritaient pas cela. Reposez en paix”, lit-on dans l’un des mots. Ils sont signés du Lot (Gramat, Puybrun, Biars-sur-Cère…) ou de la Corrèze (Brive notamment), mais aussi d’autres régions. “Les gens viennent de toute la France. Certains voyagent spécialement pour ça. On a vu des Bordelais”, révèle Gérard Flament, deuxième adjoint au maire de Tauriac.

La cagnotte sera bientôt fermée

Samedi, lors du match de Coupe de France opposant l’AF Biars-Bretenoux au club de Bergerac, une minute de silence a été observée pour Justine. Une proposition qui s’est répétée ce mardi, au stade de Puybrun, où se déroulait le 3e tour de la coupe Occitanie entre l’AF Biars Bretenoux et l’Union Sportive Puybrun Tauriac.

Le kit, créé par le cousin du beau-père de Justine, témoigne d’un fort accroissement de solidarité envers la famille du défunt. Près de 14 000 euros ont été récoltés pour aider les proches à financer les obsèques. “Un petit mouvement pour une grande douleur” a écrit l’un des participants. Il ferme le jeudi 3 novembre à 12h.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button