Mondial Paris 2022, les constructeurs asiatiques débarquent en France

Ce Mondial de l’Automobile de Paris est l’occasion pour les constructeurs chinois de se faire connaître auprès de la clientèle française. Certains véhicules circulent déjà dans notre pays, d’autres apparaîtront très prochainement. Mais quelle est la stratégie commerciale de ces constructeurs chinois à destination de l’électricité et de la France ?

Et on commence par une marque iconique : l’anglaise MG née en 1924 et rachetée par le groupe chinois Saic en 2007. Aperçue brièvement au Salon avec la Marvel R, elle compte près de 150 concessionnaires dans toute la France et espère déjà doubler ses ventes. L’année prochaine.

Présentée depuis quelques jours seulement en magasin, la MG4, 100 % électrique, est disponible à partir de 22 990 euros. Comptez environ 11 000 euros de plus pour sa version luxe.

Le vietnamien Vinfast, déjà présent à la porte de Versailles en 2018, a de nouveau séduit le public avec quatre SUV zéro émission. Les VF8 et VF9 sont les plus imposants. Autonomie annoncée : plus de 420 kilomètres, avec une incroyable garantie de 10 ans. La marque a également présenté le VF7 compact et le VF6 encore plus compact, mais il faudra attendre l’année prochaine pour connaître leurs tarifs.

Lire Aussi :  Inspecteur des impôts tué par un brocanteur : il pourrait s'agir "d'un acte prémédité", explique le procureur

Avec une telle stratégie commerciale et des atouts technologiques, Vinfast pourra probablement se faire une place sur le marché français. Premières livraisons prévues pour 2023.

D’autres constructeurs chinois ont choisi de s’allier à des distributeurs français pour l’emporter. C’est le cas de Seres, qui a approché quatre opérateurs, dont le groupe Dugardin dans le nord. Avec deux concessions particulières comme ici à Villeneuve d’Ascq, les automobilistes peuvent découvrir la Seres 3, 100% électrique bien sûr.

Lire Aussi :  des tirs sur les manifestants après un hommage à Mahsa Amini

Et selon cet expert, l’autonomie annoncée de 329 kilomètres WLTP peut être dépassée. Les premiers clients sont donc clairement satisfaits.

Seres veut construire un réseau de 70 points de vente avant janvier, dans lequel on retrouvera le futur Seres 5, destiné au marché premium.

Pour se faire une place en Europe, le chinois Great Wall Motors, du nom de la Grande Muraille de Chine, passera également par un distributeur, Emil Frey, pour ses deux marques : d’une part, Ora, avec le Funky Cat, destiné aux une clientèle assez jeune et branchée ; de l’autre Wey, avec le Coffee 1, un gros SUV hybride rechargeable, que l’on verra d’abord outre-Rhin.

Très bientôt, mais la marque Wey ne donne pas de calendrier de mise en place. Ora ne sera initialement disponible qu’au Royaume-Uni, en Suède ou en Islande.

Lire Aussi :  Quel temps fera-t-il cet hiver ? Voici les premières indications de Météo France

Pour conclure ce catalogue asiatique, voici peut-être LE stand chinois qui a le plus fait chavirer la tête des visiteurs. Et pour cause, BYD, pour Build your Dreams, tente de faire rêver avec non pas une, pas deux, mais trois innovations.

Le constructeur, également numéro 1 de la production de batteries, vient d’ouvrir son premier showroom à Paris et devrait lancer en 2023 la Seal, une berline plus petite, qui affichera 700 kilomètres d’autonomie en Asie selon le cycle d’homologation chinois.

Ce monde automobile presque sino-français à Paris fera certainement date avec tous ces acteurs ambitieux. Ils restent marginaux en Europe, mais enregistrent chaque année un doublement de leur chiffre d’affaires. De quoi présager de beaux jours sur le marché français.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button