le tourisme en Occitanie génère beaucoup d’emplois

En 2019, Avant la crise du Covid, les arrivées touristiques en Occitanie généraient en moyenne 125 000 emplois par an, soit 7 % des emplois du marché local. L’Occitanie se classe au 5e rang des régions françaises pour le nombre d’emplois liés à l’accueil touristique, selon une étude détaillée de l’INSEE.

La présence touristique génère 7% de l’emploi commercial en Occitanie. En 2019, en moyenne, Cela veut dire qu’avant la crise liée à l’épidémie de Covid, 125 000 emplois étaient liés à l’arrivée des touristes en Occitanie. Ils représentent 6,8 % de l’emploi marchand, tout comme les secteurs agricoles qui emploient 126 000 personnes. Parmi ces emplois de voyage, 21 % sont des travailleurs indépendants : par ex. Exploitants hôteliers Pas seulement des restaurateurs, mais aussi des commerçants ou des artisans créés par la présence des touristes.

L’Occitanie se classe au 5ème rang des régions françaises pour le nombre d’emplois touristiques. Île-de-France (367 000 emplois), Auvergne-Rhône-Alpes (177 000), Provence-Alpes-Côte d’Azur (153 000) et Nouvelle-Aquitaine (134 000). Le poids du tourisme dans l’emploi marchand en Occitanie (6,8 %) est plus élevé que dans l’ensemble de la France (6,4 %) : Bretagne (6,9 %) ou Ile-de-France (6,7 %) ; Mais loin derrière Provence-Alpes. -Côte d’Azur (8,9%) et Corse (17,0%).

Jusqu’à 181 000 emplois en haute saison. Les métiers du tourisme sont nombreux en Occitanie tout au long de l’année. Entre janvier et août, il double des mois simples. Ainsi, en janvier, lorsque les arrivées de touristes sont au plus bas, il y a 82 000 emplois touristiques dans la région.

En août, la demande touristique nécessitait 181 000 emplois. L’emploi touristique d’été est marqué par la saisonnalité surtout dans toutes les régions françaises, multipliant en moyenne par 1,6, mais moins qu’en Corse (x 3,4), où le tourisme est majoritairement estival. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Île-de-France sont les régions marquées par le plus faible emploi saisonnier du tourisme.

Lire Aussi :  L’Observatoire de la Maturité Data des entreprises dévoile les résultats de son enquête 2022

En 2019, l’hébergement et la restauration ont généré 41 900 emplois touristiques, soit 1 emploi touristique sur 3 dans la région. 26 700 personnes étaient employées en 2019 pour vivre entièrement exclusivement du tourisme. Pour terminer, La restauration génère 15 200 emplois liés au tourisme ; Cela représente un cinquième de l’emploi dans le secteur. Entre janvier et août, le nombre d’emplois dans le secteur de l’hébergement a été multiplié par 2,4, mais le nombre d’emplois touristiques en été était de 4,7 et le volume saisonnier dans le secteur de l’hôtellerie était encore plus fort. Les activités sportives et récréatives représentent 10 500 emplois touristiques, soit 8 % de l’emploi touristique régional. Ce secteur comprend les activités liées au sport (clubs sportifs, éducation sportive et récréative, etc.), les parcs de loisirs, Les activités de la marina ou de la plage sont également incluses.

Les touristes visitent des lieux naturels, visiter le patrimoine architectural ou les infrastructures culturelles ; Ils créent des emplois pour les accueillir et profitent de leur séjour pour proposer des visites guidées lors de leurs visites. Entre le pic estival de janvier et août, la magnitude saisonnière est la plus forte, multipliée par 7,5.

Avec 55 400 emplois touristiques, l’espace urbain concentre 44 % des emplois touristiques de la région : la moitié de ces emplois sont localisés dans les villes de Toulouse et Montpellier. Cependant, la part de l’emploi dans le tourisme est faible (5%) car il existe de nombreuses autres entreprises dans les zones urbaines. L’aire urbaine s’étale tout au long de l’année et reçoit un tourisme d’affaires important, souvent pour de courts séjours complémentaires au tourisme de loisirs.

Lire Aussi :  Des bouteilles en verre consignées, livrées et récupérées à domicile

Par conséquent, l’emploi saisonnier dans le tourisme est faible, avec un pic d’emploi en été seulement 1,7 fois plus élevé qu’en hiver. ses nombreux musées ; salles de cinéma Avec ses salles de spectacle et ses monuments historiques, la ville concentre près de la moitié du tourisme sur le patrimoine et la culture de la région. Les régions côtières concentrent 21 % de l’emploi touristique, soit une moyenne de 26 000 emplois par an. La part de l’emploi touristique dans l’emploi commercial est très élevée (22%). Les touristes créent des emplois principalement dans les loisirs, principalement dans la restauration et l’hébergement.

La commune rurale et la périphérie du Massif central concentrent les emplois touristiques de la région, avec une moyenne de 29 000 emplois par an en 2019. Dans les Pyrénées, les emplois liés à l’activité touristique ont un poids plus important.

Ainsi, le tourisme génère 36 % des emplois commerciaux dans les stations de ski. Les touristes viennent à la montagne pour le ski en hiver et les activités sportives de plein air en été. Ainsi, 31 % de l’emploi du secteur local des sports et loisirs se situe dans les Pyrénées.

Pour terminer, spécificité régionale; Le tourisme religieux était à l’origine de 1 900 emplois touristiques en moyenne en 2019. Avec ses 135 hôtels, la ville de Lourdes capte 5% des emplois touristiques du secteur de l’hébergement en Occitanie.

Lire Aussi :  Démystifier l’économie | Pourquoi dit-on 75 points de base au lieu de 0,75 % ?

En Occitanie, 54 % des travailleurs du tourisme sont des femmes ; Il est proche du niveau national (53%). La part des femmes (77 %) est particulièrement élevée dans les offices de tourisme. Les femmes tiennent des supermarchés, Le commerce et l’hébergement constituent également l’essentiel des emplois liés au tourisme. D’autre part, Elles sont plus nombreuses que les hommes dans les secteurs des sports et loisirs (les femmes occupent 39 % des emplois touristiques dans ce secteur) ; Patrimoine et Culture et Gastronomie (44 % respectivement).

Les emplois salariés liés au tourisme dans la région occupent 17 %.
Les jeunes de moins de 25 ans sont proches du niveau national (18%), mais supérieurs à l’ensemble des professions (14%). La proportion de jeunes est la plus élevée (26%). L’âge moyen de l’ensemble des métiers du voyage dans ce secteur est de 39 ans contre 36 ans.

Les contrats à durée indéterminée (CDI) représentent 63 % des contrats d’emploi touristiques tout au long de l’année. Cependant, ce ratio est plus faible (49 %) en juillet-août du fait de l’embauche de saisonniers à forte activité touristique. Les emplois rémunérés du transport sont peu qualifiés : 60 % sont occupés par des employés, 15 % sont des ouvriers et 14 % sont en milieu de carrière. Les cadres ne représentent que 10% du travail.

Une forte proportion d’employés dépend des salaires dans l’industrie du tourisme, notamment en raison de la surreprésentation des jeunes. Le salaire horaire moyen varie selon les secteurs, avec un salaire horaire moyen de 12 € net et jusqu’à 10 € net dans les secteurs du patrimoine et de la culture ou des sports et loisirs.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button