Le New York du peintre Edward Hopper au Whitney Museum à Manhattan

Tel un photographe utilisant une toile et un pinceau, Edward Hopper a passé ses six décennies à New York à imaginer, explorer et peindre la mégalopole comme personne ne l’avait fait auparavant.

Une partie de cette riche œuvre dans la ville où elle se trouvait de 1908 à 1967 fait partie de l’exposition Edward Hopper à New York au Whitney Museum, qui réunit la plus grande collection de l’artiste, ses 3 100 œuvres répertoriées, et sa relation privilégiée avec New York.

Fonctionne comme automatique (1927), Tôt le dimanche matin (1930), Chambre à New York (1932), Films new-yorkais (1939) et Soleil du matin (1952) est au cœur de cette exposition, ainsi que des aquarelles de toits et de ponts, des esquisses pour ses œuvres et des documents qui éclairent la vie de l’artiste américain.

Loin des clichés dans “ville mondiale”jungle de gratte-ciel, incroyable mosaïque culturelle et vivier financier mondial, Hopper’s New York est à taille humaine.

Lire Aussi :  Le mobilier et les objets d'art d'Anne-Aymone et Valéry Giscard d'Estaing aux enchères

“Hopper a passé la majeure partie de sa vie ici, à quelques pâtés de maisons du Whitney Museum“, a déclaré Kim Conaty, la commissaire de l’exposition. “Il a connu les mêmes rues et a été témoin du cycle permanent de démolitions et de reconstructions, comme aujourd’hui, où New York ne cesse de se réinventer”, estimation d’expert dans un communiqué de presse du musée. “Comme peu l’ont fait si profondément, Hopper a capturé une ville à la fois changeante et immuable, un endroit spécial figé dans le temps et vivement façonné par son imagination”fin de Mme. Conat.

Hopper préfère les lieux non intentionnels, voire ignorés, ceux qui sortent des sentiers battus, dans la fameuse “skyline” de Manhattan et dans des monuments emblématiques comme le pont de Brooklyn ou l’Empire State Building. “Je n’ai jamais été intéressé par la verticale”, a-t-il plaisanté un jour. L’homme aimait s’isoler de la colère du monde extérieur.

Lire Aussi :  Télé-réalité : un couple de stars de la télévision américaine condamné à 12 et 7 ans de prison ferme

De 1913 jusqu’à sa mort en 1967, Hopper a vécu avec sa femme – également artiste et modèle pour ses peintures – Josephine Nivison Hopper dans le même appartement sur Washington Square à Greenwich Village, dans le sud de Manhattan.

D’illustrateur indépendant, il est devenu l’un des artistes les plus populaires du pays. Un peu “voyeur”, l’artiste né en 1882 à Nyack, une petite ville sur les bords de la rivière Hudson au nord de New York, ne cesse d’explorer les frontières poreuses entre vie publique et vie privée : les fenêtres, élément constant de son travail, montrent à la fois l’extérieur et l’intérieur d’un bâtiment. Il a décrit cette expérience comme une “sensation visuelle ordinaire”. Hopper a peint des cheminées, des bâtiments vides, des magasins, des ponts et des scènes tristes de la vie quotidienne. La lumière particulière du peintre peut faire sensation “effrayant, si sombre” et même un sentiment “vide”, a expliqué Jennifer Tipton, spécialiste de l’éclairage pour le théâtre, citée par le Whitney Museum.

Lire Aussi :  La dystopie, un genre littéraire trop dangereux pour les ados ?

Certaines des pièces de l’exposition proviennent d’une collection d’œuvres appartenant autrefois à un ministre baptiste, Arthayer Sanborn, qui vivait dans les années 1960 près de la maison d’enfance de Hopper à Nyack. Dans une enquête en octobre, le New York Times s’est demandé comment un pasteur pouvait amasser jusqu’à 300 œuvres d’art. Avant sa mort en 2007, Sanborn a affirmé, sans preuves, qu’il s’agissait de cadeaux des Hoppers ou de pièces prises dans l’appartement de l’artiste après sa mort.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button