La chanteuse Pomme a écrit une lettre à l’ado qu’elle était

mon amour,

Je vous écris depuis l’année 2022, nous sommes fin mars, je suis au Québec et le printemps arrive doucement et bonjour. La neige fond, exposant le sol ravagé des cinq derniers mois, puis se dépose à nouveau sur le sol, sur les arbres, sur les voitures, et j’ai l’impression qu’on ne sortira jamais de l’hiver, malgré les efforts de patience et de sagesse. comme tout le monde ici.

Si vous savez seulement qu’en 2022, à 25 ans, vous serez ici à Montréal, dans la neige et dans la forêt, je pense que vous serez heureux. Je suis ici au Québec où tout ce que vous aimez se retrouve côte à côte : la nature, la musique douce, les champignons, la magie, le soleil, l’été, des milliers de chiens, et puis le calme.

Des artistes québécois que tu aimais en secret, que personne ne connaissait au secondaire, dont tu parlais autour de toi sans voir le petit feu dans leurs yeux, tu as appris à les connaître et certains sont même devenus tes amis. Vous avez également rencontré tout un tas de gens incroyables sur la route et laissé partir ceux qui vous ont brisé le cœur, après moult interrogations. Les amis qui restent se comptent sur les doigts d’une main, mais ils sont l’un des fondements de ma joie et de ma foi en demain.

Beaucoup de choses incroyables se sont produites ces dix dernières années, presque tous vos rêves se sont réalisés, alors maintenant j’essaie d’en trouver de nouveaux, aussi beaux, merveilleux et aussi doux que ceux que vous aviez avant. Je sais que les rêves sont une de tes raisons de vivre, donc je ne veux pas les perdre. Je me pousse, en fait non, je n’ai pas besoin de me pousser parce que j’ai toujours autant de rêves, sinon plus que toi.

Lire Aussi :  "Le fruit de notre amour" : Paga et Giuseppa profitent d'Halloween pour annoncer l'arrivée de leur premier enfant

Après le lycée, je sais maintenant avec le recul que tu as traversé une période difficile, de longues années de perte de confiance en toi, d’anorexie cachée, de remise en question et de repli sur toi-même. J’ai découvert, il y a quelques temps, les conséquences de certains événements traumatisants que je range désormais dans des tiroirs, tiroirs que j’ouvre et referme quand j’en ressens le besoin.

Vous voyez, boire de l’alcool vous fera rire pendant quelques mois et vous ennuiera rapidement.

Si seulement je pouvais, j’aimerais prendre un moment, un petit moment, pour embrasser ton petit corps brisé en 2014-2015, parce que tu ne t’en rends pas compte, mais tu es déjà brisé et prétends que tu peux faire face avec elle seule. , vous ne comprenez même pas ce qui ne va pas. Vous voulez toujours croire que vous n’avez besoin de personne.

Eh bien, cela n’a malheureusement pas beaucoup changé.

Mais maintenant, j’apprends à me respecter, à accepter les limites de ce que mon corps et ma tête peuvent faire, j’essaie toujours. La perfection qui te détruit vit toujours quelque part dans mon estomac, mais je sais lui dire de se calmer, de fermer la grande gueule et de dormir quand je suis malade.

Je mentirais si je vous disais que ma relation avec la nourriture est maintenant tout à fait saine, mais je peux vous dire que j’aime manger, plus que jamais, et je me vois aussi belle. Avant longtemps, il était fragile. Et puis ça dépend toujours de la période, mais je me trouve belle à l’intérieur et c’est la première étape, je pense.

Lire Aussi :  Quinté PMU - Pronostic du PRIX DE LA VIERGE DE LORETTE 2 nov. 2022

Je me suis toujours soucié de prendre soin de la planète autant que possible, je sais que vous vous en souciez, donc je sais que j’ai imprimé tous mes albums sur du papier recyclé depuis 2019, date à laquelle j’ai sorti le deuxième, Loopholes. Grâce à ma détermination, mon label, Universal, a décidé que le papier recyclé serait obligatoire pour imprimer tous les albums des artistes house.

J’en suis vraiment, vraiment fier et j’espère que vous l’êtes aussi.

J’ai aussi un potager aménagé dans la cour intérieure du label, un grand potager plein de tomates, herbes, courgettes, courges. Nous l’avons inauguré en 2021 avec une école d’horticulture. J’ai planté beaucoup de choses moi-même, et maintenant beaucoup de gens du label le font. J’y suis allé tout l’été, le lundi soir. Vous aviez votre potager géant. En janvier, on a planté des pommiers de 300 ans qui seront encore là pour les ados de l’an 2300 si tout va bien, et ça me rassure. Autrement dit, peut-être que tous ces détails ne vous intéressent pas, mais je me suis rendu compte en vous écrivant que ce ne sont pas des réussites que je partage sur Instagram ou Facebook et cela me fait plaisir de vous en parler.

Il y a tellement d’autres choses contre lesquelles j’essaie de lutter : le sexisme, le racisme, les inégalités et les discriminations, mais pour être totalement transparente avec vous, je me sens dépassée par tout ce qui ne va pas en 2022.

Depuis le lycée Saint-Exupéry, nous avons (collectivement) été témoins de nombreuses choses terribles dans le monde, comme des attentats, des guerres, des catastrophes naturelles, des pandémies et d’autres choses terribles qui vous feront du mal. Alors parfois c’est dur d’être sur tous les fronts, mais j’essaie de faire de mon mieux.

Lire Aussi :  les meilleures séquences à (re)voir

Je vous assure qu’il y a aussi de bonnes choses en cours de route.

Tu sais, ce sentiment que tu vas être complètement anormal, que personne ne te comprend, eh bien, j’en ai fait ma force. J’en ai fait des chansons, des albums entiers qui, je pense, m’ont sauvé la peau.

Les albums eux-mêmes ne m’ont pas sauvé la vie, mais le fait d’y mettre tout ce que tu détestes sur moi : l’anxiété, la peur de la mort, ce que les autres pensent, ça m’a sauvé.

Je dois aussi vous dire quelque chose d’important : je suis tombé amoureux, après le lycée, deux ans plus tard. D’une femme. Oui, voilà, vous pourriez être choqué. Mais en fait, c’était la chose la plus naturelle qui me soit arrivée, la plus belle et la plus douce, la plus merveilleuse. J’aurais aimé pouvoir te murmurer ça à l’oreille au lycée : ‘Tu as le droit d’aimer les filles, tu as le droit et c’est normal.’ Cela vous aurait évité bien des douleurs à la poitrine, des chagrins d’amour, de la tristesse, etc.

Au final, j’ai adoré les années que j’ai vécues dans ton corps auquel je ne changerais rien, sauf un petit câlin de temps en temps et un secret sur le résultat qui pourrait t’aider à te regarder. avec plus de douceur. .

Quoi qu’il en soit, je pense que je suis ce que tu veux que je sois, peut-être un peu mieux.

Et puis ce n’est pas fini

jusqu’à nouveau,

Dégager.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button