Iran International, bras médiatique de l’Arabie saoudite qui couvre les manifestations en Iran

Il veut être le porte-parole des manifestants de la République islamique. Iran International, qui émet à Londres en farsi et serait financé par le Pays wahhabite, s’est retrouvé dans le viseur des autorités iraniennes en raison de sa couverture médiatique des manifestations qui ont secoué le pays pendant 40 jours. Le 17 octobre, en marge d’un exercice militaire et alors que les manifestations font des ravages depuis plusieurs semaines déjà à Téhéran et dans d’autres grandes villes du pays. Le chef du Corps des gardiens de la révolution islamique, Hossein Salami, a lancé une menace à peine voilée à la famille royale saoudienne : « Surveillez votre comportement et contrôlez ce média, sinon vous en paierez le prix. Sans les nommer, les coupables sont quand même identifiés rapidement. Les émissions venues de l’Occident en farsi et accusées d’être influencées par l’Arabie saoudite, ont provoqué la colère de la République islamique depuis leur création, qui les accuse, selon les mots de Salami, de « s’immiscer dans les affaires intérieures de l’Iran » et de « pervertir d’abord, Iran International est dans la ligne de mire. Basée dans la capitale britannique, la chaîne d’information en continu et média titan lancée peu avant l’élection présidentielle iranienne de 2017. La lettre s’inquiète notamment du régime, qui accuse lui de répandre la désinformation et d’entretenir les troubles dans la société en soutenant les manifestations.

Déficits de financement

A plusieurs reprises, la couverture médiatique de l’actualité iranienne publiée par Iran International a alerté de nombreux observateurs sur le manque d’indépendance éditoriale des médias. A commencer par sa couverture intensive du soulèvement populaire en cours contre le régime iranien, que Riyad n’a jamais commenté publiquement. “Ils sont très hyperboliques sur les inclinations démocratiques de la population”, a commenté Sina Toossi, professeur associé au Center for International Policy, spécialiste des relations irano-américaines.Beaucoup de protections semblent viser à attiser la division et les troubles plutôt qu’à aider le peuple iranien à parvenir à la démocratie.

Lire Aussi :  Coupe du monde de Rugby à XIII : les "gros" sont déjà au rendez-vous

Lui aussi

Comment le voile est devenu un pilier idéologique de la République islamique

Sur son site Internet, Iran International promet aux 80 millions de personnes vivant en Iran et aux 10 millions d’Iraniens à l’extérieur du pays d’offrir “une fenêtre sur le monde sur l’Iran et une fenêtre sur l’Iran sur le monde extérieur”. », fournit « une information équilibrée et impartiale ». La chaîne, qui possède des bureaux au Moyen-Orient, en Europe et aux États-Unis, possède bien à la fois son studio de diffusion « ultramoderne », au style calqué sur l’esthétique des chaînes d’information. Les Américains. » Iran International a cependant été très secret et peu transparent sur ses sources de financement. dit Sina Toossi. Et pour cause, selon les révélations du média britannique The Guardian de 2018, les moyens monstrueux des médias proviendraient directement de la famille royale d’Arabie saoudite, qui soutiendrait la chaîne à hauteur de 250 millions de dollars. Celui-ci serait financé par une entité offshore secrète et la société Volant Media, dont l’un a deux administrateurs et actionnaires aurait été à l’époque Adel Al-Abdulkarim, un homme d’affaires saoudien proche du prince héritier et aujourd’hui Premier ministre, Mohammad poubelle. Salmane. Contacté par L’Orient-Le Jour, Iran International a démenti cette information. La chaîne garde une totale impartialité, évoquant entre autres la “couverture de l’affaire Khashoggi”, le journaliste saoudien assassiné en octobre 2018 dans le consulat de son pays à Istanbul lors d’une opération commando, approuvée selon le service de renseignement américain par le dauphin saoudien lui-même. . Il rejette également toute forme d’ingérence et mentionne vaguement un propriétaire : « Citoyen anglo-saoudien qui n’a aucun lien avec la famille royale ou le dirigeant de l’Arabie saoudite. »

Stratégie d’influence

Lire Aussi :  Call of Duty Modern Warfare 2 : ce changement ne passe pas, les fans protestent et regrettent déjà les anciens jeux

Cependant, ce ne serait pas la première fois que les Saoudiens s’intéressent aux médias étrangers. En septembre 2017, par exemple, Bloomberg al-Arabiya est né, après un accord signé entre le leader mondial de l’information financière et Saudi Research and Marketing Group (SRMG), groupe d’édition et organe de soft power du régime. L’année suivante, le quotidien britannique The Independent s’associe à SRMG pour lancer des sites Internet en différentes langues à travers le Moyen-Orient et le Pakistan, dont le contenu est presque exclusivement produit par l’organe. La création d’Iran International en 2017 semble s’inscrire dans une stratégie saoudienne plus globale visant à construire un empire médiatique à grande échelle.

Lui aussi

“En Iran, les femmes sont devenues un parti politique à part entière”

Pour l’Arabie saoudite, qui occupe la 166e place sur 180 dans le classement établi en 2022 par Reporters sans frontières sur la liberté de la presse, la finalité de cette présence et de cette ingérence médiatique est double. Sur la scène internationale, l’enjeu est de réhabiliter son image écornée par l’affaire Khashoggi. Sur la scène régionale, cela permettrait à l’Arabie saoudite d’influencer subtilement l’opinion publique afin d’affaiblir ses rivaux. “L’Arabie saoudite et l’Iran se livrent une guerre de propagande dans un contexte de rivalité géopolitique au Moyen-Orient”, analyse Sina Toossi, en référence notamment aux pays syrien et yéménite. Pour le chercheur, cette stratégie a souvent pris la forme d’un soutien médiatique implicite de Riyad aux groupes séparatistes iraniens. En 2018, par exemple, au lendemain d’un attentat contre un défilé militaire, Iran International a été le seul média à recevoir pour une interview Yacoub Hor al-Tostari, le porte-parole du Mouvement arabe de libération d’Ahvaz, la capitale du Khuzestan en sud-ouest de l’Iran. , ce qui a justifié la trentaine de morts causées par l’attentat, dont des civils. Une plainte, déposée contre la chaîne par l’ambassadeur d’Iran au Royaume-Uni, a été rejetée par l’organisme britannique de surveillance des médias Ofcom, arguant que le présentateur avait “clairement contesté son point de vue et souligné le caractère violent de l’attaque”. Par ailleurs, la chaîne d’information confie régulièrement à Reza Pahlavi, fils de l’ancien Shah d’Iran en exil et proche des Saoudiens, le soin de commenter l’actualité dans ses studios.

Lire Aussi :  Volodymyr Zelensky craint une nouvelle semaine difficile ; Londres annonce la livraison de missiles

Censure iranienne

Cette guerre médiatique trouve certainement son pendant en Iran. La monarchie wahhabite accuse également sa chaîne d’information en continu, al-Alam, qui émet en arabe et se concentre sur le Moyen-Orient, d’ingérence dans ses affaires intérieures. “Mais les efforts iraniens n’ont pas autant de succès que ceux de Riyad et d’Iran International. Ils ne sont pas bien financés et ne pénètrent pas la société arabe ou arabe de la même manière que la chaîne persan”, a souligné Sina Toossi. Diffusant en Iran par satellite afin de contourner la censure étatique qui n’autorise que la diffusion dans les chaînes publiques, Iran International a dû faire face à plus qu’à lui-même : début octobre, le gouvernement iranien a, à plusieurs reprises, recouru à la diffusion orbitale ingérence. vagues pour limiter l’accès à son contenu. Signe de l’inquiétude du régime quant à l’influence des médias, dont l’audience est fidèle, ce procédé n’est plus utilisé depuis 2009. veut des changements fondamentaux. La couverture d’Iran International ne boude pas l’intégrité et l’équilibre journalistiques, mais maintenant c’est ce que les gens veulent regarder. »

Il veut être le porte-parole des manifestants de la République islamique. Iran International, qui émet à Londres en farsi et serait financé par le Pays wahhabite, s’est retrouvé dans le viseur des autorités iraniennes en raison de sa couverture médiatique des manifestations qui ont secoué le pays pendant 40 jours. Le 17 octobre, en marge d’un exercice militaire et pendant…



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button