Immobilier, récession, taux, déficits… “où va la France ?”

Les derniers chiffres nationaux viennent d’être publiés et malheureusement ils sont sans appel : la poursuite et l’aggravation de la chute des prix de l’immobilier dans les principales villes de France, l’installation d’un ‘baisse dans notre “douce France”, le plus grand nombre de faillites industrielles et déficits historiques de la balance commerciale française. Et tout cela dans un contexte de pression inflationniste continue, de nouveaux dérapages des comptes publics et de hausse des taux d’intérêt créditeurs. Des améliorations qui n’aggraveront pas la récession économique, et donc les déficits et dettes publics, qui stimuleront à nouveau la hausse des taux d’intérêt… et le cycle dangereux se poursuivra… avec une chute surtout du PIB et sa chute particulière en prix nationaux de l’immobilier.

Au lieu de cacher et de nier ces faits économiques, il est urgent de les clarifier, de mieux les affronter en prenant les bonnes mesures pour sauver notre beau pays. Ainsi, en septembre 2022, le déficit commercial français a atteint un nouveau triple record historique : 17,5 milliards d’euros sur un mois, 47,6 milliards d’euros sur un trimestre et 149,9 milliards d’euros sur un an. Même sans énergie, le déficit commercial français est historique, avec un niveau de 77,2 milliards d’euros sur douze mois, contre, par exemple, 53 milliards d’euros un an plus tôt et 29 milliards d’euros en 2019.

LIRE DANS

Bourse, taux d’intérêt, immobilier… “les krachs sont de retour”

ACDEFI

Concernant la balance courante (qui regroupe la balance des biens ci-dessus, celle des services et des revenus), elle n’est pas formidable non plus, car malgré les importantes recettes touristiques, elle affiche un déficit de 7,3 milliards d’euros sur un mois et de 30,1 milliards. en euros sur un an. À l’exception de la période maudite de pandémie en 2020, ce sont aussi des sommets à long terme.

Lire Aussi :  France Services au plus près des habitants

>> Achetez et vendez vos investissements (actions boursières, crypto-monnaie, or, etc.) au bon moment grâce à Momentum, newsletter Capital sur l’analyse technique. Et dès maintenant, avec le code promo CAPITAL30J, profitez d’un mois d’essai gratuit.

Malheureusement les causes de ces défauts sont structurelles. A commencer par la faible diversification géographique des exportations françaises, trop tournées vers la zone euro, qui est depuis plus de quinze ans un feu rouge sur la croissance mondiale. Dans le même temps, la spécialisation régionale des exportations françaises souffre de la faiblesse des biens d’équipement (seulement 19 % du total, contre, par exemple, 50 % pour les exportations allemandes) et de la sous-production de produits de haute technologie. Heureusement, les produits agro-alimentaires, les produits de luxe et les exportations aéronautiques et navales permettent de prévenir les atteintes au commerce extérieur de la France. Mais cela reste encore très insuffisant.

LIRE DANS

Bourse, taux d’intérêt, euro… “Combien de temps durera le krach ?”

De manière générale, ces déficits commerciaux plus élevés traduisent aussi des erreurs stratégiques permanentes des dirigeants du pays depuis des décennies : une pression fiscale historiquement élevée et parallèlement une interdiction de relance des investissements, un marché du travail encore trop strict, une réglementation excessive et une désindustrialisation massive. . Si l’on veut vraiment (et pas seulement en paroles) réduire les déficits et retrouver le chemin de l’excédent commercial, il suffit d’inverser ces tendances lourdes et d’engager (enfin !) la France sur la voie de la modernisation économique.

Lire Aussi :  Olivier Dussopt veut aller « au-delà de 1.100 euros » minimum pour les carrières complètes

Le drame, c’est que la France s’enfonce actuellement dans une profonde récession, qui commence aussi à peser sur les faillites d’entreprises. Après avoir atteint des sommets historiques en 2020 malgré la récession, ils sont maintenant en hausse de près de 70 % d’une année sur l’autre. Nous payons ici une autre erreur stratégique, en l’occurrence une erreur générale, sans cible et trop longue “quoi qu’il en coûte”. En particulier, il a maintenu de nombreuses entreprises “zombies” dans une vie artificielle, à tel point que jusqu’à aujourd’hui, celles-ci disparaissent, mais entraînent également après elles ceux qui méritaient d’être soutenus et ne pouvaient pas les soutenir davantage. , à cause des pouvoirs publics ils ont déjà utilisé toutes leurs cartouches.

ACDEFI

Plus dangereusement, l’explosion de la dette publique française dans le passé et dans l’avenir a entraîné une hausse des taux d’intérêt sur les obligations d’État et le crédit au sens le plus large, réduisant davantage les investissements et les dépenses, et en même temps contribuant à la baisse, ce qui va empirer les choses. Dans ce contexte, force est de constater que la bulle immobilière française, qui s’est alimentée en 2020-2021 par le “quoi qu’il en coûte”, les “tickets” et l’aveuglement généralisé ne peut pas aller à l’encontre

LIRE DANS

“La remontée des taux ne vient pas de commencer, attention à la bourse et à l’immobilier !”

Déjà, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme, annonçant une baisse importante des prix, notamment dans les villes. Selon Meilleurs Agents, les prix de l’immobilier ont par exemple baissé de 0,9% sur un an à Paris et Bordeaux. Selon Century 21 et Orpi, le prix d’un mètre carré parisien dans le passé serait passé sous la barre des 10 000 euros (9 758 euros exactement), contre 10 348 euros au 1er janvier 2022 et près de 11 000 euros à l’été 2021.

Lire Aussi :  Coupe du monde | Zidane, fraternité et 27 secondes : Le top des grands moments de France - Angleterre

Et ce déclin logique ne fait que commencer. En effet, avec l’augmentation continue des taux d’intérêt, les prêts deviennent plus chers et de moins en moins de Français sont en mesure d’obtenir des crédits immobiliers. Et plus que cela à mesure que l’inflation s’aggrave, cassant leur pouvoir d’achat et réduisant leur capacité à emprunter.

ACDEFI

Ainsi, selon nos estimations, les prix des maisons existantes chuteront d’au moins 15 % supplémentaires au cours de l’année à venir, d’abord dans les grandes villes, puis dans tout le pays . Mais attention, ce n’est pas une mauvaise nouvelle car si les prix baissent, de nombreux Français qui ne peuvent pas acheter aujourd’hui à cause du coût élevé de l’immobilier, pourront le faire demain.

Par ailleurs, pour terminer sur une note positive, n’oublions pas qu’à long terme (c’est-à-dire au moins dix ans), l’immobilier est le meilleur investissement, avec les actions et l’or. . Elle a besoin, régulièrement, de “Reset” pour pouvoir renouer avec la réalité économique et repartir sur des bases plus solides.

Marc Touati, économiste, président de la société ACDEFI et auteur de 7 best-sellers économiques

Son nouveau livre, RESET II – Welcome to the World After, publié le 1er septembre 2022, est l’essai économique le plus vendu sur Amazon.

Marc Touati

Vous pouvez également y retrouver ses résumés vidéo sa chaîne Youtube et le dernier : Bâtiments, récession, déficits… où va la France ?

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button