Fusillade du Robert : “des faits d’une extrême gravité” déplore le préfet de Martinique

Dans une communication adressée à la presse ce samedi 19 novembre 2022, quelques heures après la fusillade meurtrière qui a éclaté dans la cité du Robert dans la nuit en marge d’une nuit organisée, le préfet de la Martinique parle d'”actes de gravité extrême”. Jean-Christophe Bouvier recommande “une action coordonnée de tous les acteurs” pour tenter de stopper cette violence qui s’invite à l’instauration de festivités.



Dans la nuit du 18 au 19 novembre 2022, une femme est décédée des suites de ses blessures en marge d’une soirée dans la cité du Robert, qui n’était pas déclarée dans la commune, a indiqué la préfecture. Deux autres personnes ont été blessées et hospitalisées au CHUM (Centre Hospitalier Universitaire de Martinique), dont l’une dans un état grave lors de la fusillade. Ils ont ouvert une enquête sous l’autorité du parquet, pour déterminer les circonstances exactes de la scène.

Lire Aussi :  Après la libération de Kherson, les Ukrainiens lorgnent la Crimée

“Ces faits ne peuvent être acceptés” la protestation du préfet du territoire, d’autant plus que la veille, Jean-Christophe Bouvier a rencontré à sa demande, les propriétaires des deux établissements ont successivement subi une fermeture administrative, après la fusillade de Rivière-Salée le 10 novembre, après cela. des représentants d’établissements festifs ainsi que ceux de sociétés de sécurité privées.

J’envisage, dans la continuité de ces échanges, de revenir sur la durée de la sanction prise par précaution. Nous avons le devoir de créer, avec les responsables de ces entreprises de sécurité privée et en étroite coordination avec le Conseil National des Activités Privées de Sécurité (CNAPS), les meilleures conditions de formation et de qualification pour permettre aux agents d’exercer leur métier dans la considération et pour la sécurité de tout.

Jean-Christophe Bouvier, préfet de la Martinique

Les établissements festifs ont été invités à solliciter rapidement les forces de sécurité intérieure, “réaliser un diagnostic de sécurité qui leur permettra de bénéficier des recommandations à mettre en œuvre gratuitement pour améliorer la sécurité de l’établissement”.

Il a également rappelé lors de ces échanges “la nécessité impérieuse de respecter les règles liées à l’organisation des soirées”et notamment le délai des déclarations préalables, qui permet, in fine, aux autorités de police compétentes (maires et forces de sécurité) de décider des mesures adaptées à la situation.

Face à la terreur que ces voyous veulent imposer, ce n’est que par les actions coordonnées de tous les acteurs concernés (organisateurs de nuit, sociétés de sécurité privées, maires, forces de sécurité intérieure) que nous parviendrons à les neutraliser et à les traduire en justice. . Il est important que chacun prenne ses responsabilités.

Préfet Jean-Christophe Bouvier



Source

Lire Aussi :  DIRECT. Guerre en Ukraine : Kiev dit avoir reçu de nouveaux systèmes occidentaux de défense antiaérienne

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button