France 1998 ? Brésil 2002 ? Espagne 2010 ? Votez pour le vainqueur de la Coupe du monde de football ultime

Qui est le plus grand et le plus beau vainqueur de l’histoire de la Coupe du monde ? Nous vous invitons à répondre à cette question toute cette semaine sur Eurosport. Pour ce faire, nous avons réparti les 21 champions du monde de football de l’histoire, de l’Uruguay en 1930 à la France en 2018, en deux poules. Les quatre premiers s’affronteront ensuite en quarts de finale, suivis de demi-finales et d’une finale.

Place aux présentations des différents candidats du second groupe et à un second vote, après celui ouvert lundi visant à départager Brésil 1970, Argentine 1986 ou encore France 2018. Pour trancher, rendez-vous à la fin de cet article.

Uruguay 1930

La Coupe du monde

Brésil 1970 ? Votez pour le champion du monde ultime

AUJOURD’HUI à 23h09

Pourquoi ça: Toujours première, la Céleste établit le palmarès de la Coupe du monde devant le public en s’offrant à sa grande rivale l’Argentine en finale (4-2). Pedro Cea brille avec un triplé en demi-finale et un but en finale dans un stade animé du Centenario.
L’entraîneur: Alberto Suppici
Les onze alignés en finale : Ballestrero – Nasazzi, Mascheroni – Andrade, Fernandez, Gestido – Castro, Cea, Dorado, Iriarte, Scarone

Italie 1938

Pourquoi est-elle : Vittorio Pozzo est toujours aux manettes et il succède aux Azzurri, dont le froid réalisme fait des ravages, contre le surprenant Brésil en demi-finale par exemple (2-1). En finale, c’est la Hongrie qui s’incline (4-2), malmenée par un duo italien dominant composé de Guiseppe Meazza et Silvio Piola, déjà sacré en 1934 et récidivant quatre ans plus tard pour la première Coupe du monde. organisé en France.
L’entraîneur: Vittorio Pozzo
Les onze alignés en finale : Olivieri – Rava, Foni – Andreolo, Ferrari, Locatelli, Serantoni – Biavati, Colaussi, Meazza, Piola

Allemagne 1954

Pourquoi est-elle : on peut perdre 8-3 au premier tour face à la grande Hongrie emmenée par Ferenc Puskas et Sandor Kocsis, invaincus depuis 4 ans, et les éliminer 3-2 au tour final. C’est ce que la RFA a réalisé dans ce qui reste le “Miracle de Berne”. Mieux équipés que leurs adversaires dans l’eau suisse grâce aux crampons spécialement conçus par Adi Dassler, les Allemands, portés par les 6 buts de Max Morlock dans le tournoi, ont fait sensation et s’offrent le premier titre mondial.
L’entraîneur: Sepp Herberger
Les onze alignés en finale : Turek-Kohlmeyer, Posipal, Liebrich-Mai, Walter-Eckel, Rahn, Morlock, Walter, Schaeffer

https://i.eurosport.com/2022/11/10/3487642.jpg

Brésil 1958

Pourquoi ça: l’apogée est arrivée pour la Seleçao. En Suède, le Brésil fait l’admiration avec un jeu intelligent et, à la pointe de son attaque, une merveille de 17 ans, la spéciale Pelé. Auteur de 6 buts, un de plus que son compère offensif Vava, auteur similaire d’un doublé en finale contre le pays hôte (5-2), en espérant que Santos se hisse au sommet du monde. Garrincha, un autre sorcier en jaune, et sa famille organisent leur première Coupe du monde.
L’entraîneur: Vicente Féola
Les onze alignés en finale : Gilmar – Djalma Santos, Orlando Peranha, Bellini, Nilton Santos – Garrincha, Zito, Didi, Zagallo – Vava, Pelé

Lire Aussi :  Carburants : pourquoi le retour à la normale n'est pas pour demain

Brésil 1962

Pourquoi ça: La magie brésilienne opère toujours. Même rapidement éloignée de Pelé, blessé lors du deuxième match, la Seleçao s’appuie sur le talent XXL de ses autres stars, Garrincha et Vava, pour conserver le titre. L’Angleterre (3-1 en quart de finale), le Chili (4-2 en demi-finale) et la Tchécoslovaquie (3-1 en finale) ont logiquement perdu face à la maîtrise auriverde.
L’entraîneur: Vicente Féola
Les onze alignés en finale : Gilmar – Djalma Santos, Maura, Zozimo, Nilton Santos – Zito, Didi – Garrincha, Vava, Amarildo, Zagallo

Angleterre 1966

Pourquoi est-elle : chez eux, les Anglais surfent sur la vague de l’enthousiasme populaire et se subliment pour surmonter les obstacles qui se présentent à eux. Ils ont remporté la bataille sanglante face à l’Argentine en quart de finale (1-0), éliminé le Portugal d’Eusebio à la mi-temps (2-1) et battu l’Allemagne après prolongation en finale (4-2), la minute de Geoffrey Hurst à boucler. les pointages. seul triplé de l’histoire de la Coupe du monde dans le match pour le titre, y compris un but controversé avec cette frappe de la barre transversale et un rebond sur la ligne qui a troublé les nuits allemandes.
L’entraîneur: Alf Ramsey
Les onze alignés en finale : Banques – Cohen, J. Charlton, Moore, Wilson-Stiles, B. Charlton, Peters-Ball, Hunt, Hurst

Lire Aussi :  Championnats de France, à Chartres : Maxime Grousset, le meilleur pour la fin

Italie 1982

Pourquoi est-elle : le troisième titre des Azzurri était loin d’être évident avec trois nuls pour débuter la compétition espagnole. Puis Paolo Rossi était en feu : un triplé contre le Brésil (3-2) pour envoyer l’Italie en demi-finale, un doublé contre la Pologne en demi-finale (2-0) et un but en finale contre l’Allemagne ( 3 – 1) pour permettre à l’Italie de remporter la troisième Coupe du monde. Rossi est au sommet et la Coupe du monde en Espagne lui offre une liberté incroyable, venant de sortir d’une suspension de deux ans pour son implication dans l’affaire Totonero.
L’entraîneur: Enzo Bearzot
Les onze alignés en finale : Zoff – Bergomi, Gentile, Scirea, Colovati, Cabrini – Oriali, Tardelli – Conti, Rossi, Graziani

France 1998

Pourquoi est-elle : A domicile, la bande emmenée par Aimé Jacquet sent que les ailes poussent, loin des plaintes qui parviennent au sélectionneur français avant la compétition. En France, les Bleus s’appuient sur une défense époustouflante, une organisation complète et une collection parfaitement équilibrée qui a parfois été matée par Zinedine Zidane. Son doublé lors de la dernière défaite 3-0 du Brésil, qui fait suite à trois matchs serrés contre le Paraguay, l’Italie et la Croatie, a conduit l’équipe française vers des sommets sans précédent, où les stars ne sont pas vues.
L’entraîneur: Le but de Jacquet
Les onze alignés en finale : Barthez – Thuram, Leboeuf, Desailly, Lizarazu – Karembeu, Deschamps, Petit – Zidane – Djorkaeff, Guivarc’h

Lire Aussi :  Accusé de viols de mineurs au Vietnam, un médecin français fait faux bond à son procès à Paris

Brésil 2002

Pourquoi ça: Brésil 2002 était très démodé. C’est simple, la Seleçao compte pas moins de 4 joueurs qui remporteront le Ballon d’Or : le jeune Kaka est encore proche de la gloire, entouré du magnifique trio offensif Ronaldinho-Rivaldo-Ronaldo. Le dernier mentionné connaît le tournoi de rêve en Corée du Sud et au Japon. “Il Fenomeno” inquiète les fans de football en signant un retour en force sur le devant de la scène après une grave blessure. Auteur de 8 buts, dont 2 en finale face à l’Allemagne, il est un excellent artisan de la 5e étoile auriverde.
L’entraîneur: Luiz Felipe Scolari
Les onze alignés en finale : Marcos – Lucio, Edmilson, Roque Junior – Cafu, Gilberto Silva, Kleberson, Roberto Carlos – Ronaldinho – Rivaldo, Ronaldo

Espagne 2010

Pourquoi est-elle : le meilleur des deux mondes – Barça et Real – réunis dans une équipe nationale avec un jeu brillant. Certes, les scores n’étaient pas à la hauteur du ballon utilisé par La Roja, qui a remporté la finale 1-0 après prolongation contre les Pays-Bas, mais Iniesta et son équipe ont impressionné en Afrique du Sud. précision Tiki-taka est plus fort que toi.
L’entraîneur: Vicente del Bosque
Les onze alignés en finale : Casillas – Ramos, Piqué, Puyol, Capdevila – Xavi, Busquets, Xabi Alonso – Pedro, Villa, Iniesta

La Coupe du monde

Coupe du monde tous les deux ans ? “Cela donnerait plus d’opportunités aux équipes africaines”

12/10/2021 à 21h48

La Coupe du monde

Ses adversaires le prouvent : la Coupe du monde biennale serait “nuisible” pour le football féminin

10/04/2021 à 16:53

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button