En zone euro, la croissance ralentit et l’inflation flambe

le 29 janvier dans un supermarché de Langueux (Côtes-d'Armor) ;  2022.

L’économie européenne est à l’arrêt. La croissance du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a ralenti à 0,2% au troisième trimestre après une hausse de 0,6% au premier trimestre et de 0,8% au deuxième, a indiqué Eurostat lundi 31. Octobre. Ce ralentissement est la conséquence de la hausse de l’inflation, qui a réduit le pouvoir d’achat des ménages et ne montre aucun signe de ralentissement. En octobre, les prix de la même monnaie ont augmenté dans les pays, atteignant un nouveau record de 10,7% par rapport à l’année précédente. L’inflation a atteint deux chiffres pour la première fois dans l’histoire de l’euro.

Lire aussi l’interview. Article exclusif pour nos abonnés Mervyn King : “Crise financière grave probable.”

À présent, Sur les 19 pays membres de l’euro, l’inflation est supérieure à 10 % dans 11, et trois pays baltes (États baltes) sont supérieurs à 20 %. Allemagne 11,6 % ; Belgique 13,1 % ; 12,8 % en Italie ; Les Pays-Bas sont proches de 17 %. La France continue d’avoir l’inflation la plus limitée de toutes en raison de la protection tarifaire, mais elle progresse désormais à 7,1 % (les données d’Eurostat sont légèrement différentes de celles de l’INSEE, mais permettent des comparaisons entre pays).

Lire Aussi :  le possible retour de Trump sur le réseau et les élections au Brésil comme premiers tests

Cette baisse de prix est la plus forte connue dans l’ancien musée depuis quatre décennies. “La récession est inévitable”Paolo Grignani d’Oxford Economics le pense. Il a souligné qu’à mesure que le troisième trimestre avançait, le rythme de la détérioration économique s’accélérait. Alors que la saison des voyages a été bonne cet été, la plupart des indicateurs soutenant l’activité sont désormais en berne. “Nous devons nous interroger sur l’ampleur de la récession.”M. Gignani a continué.

Lire Aussi :  Elon Musk devient l'unique dirigeant de l'entreprise après avoir dissous le conseil d'administration

Arrêtez le processus.

Le choc gazeux de cet été marque un tournant. La fermeture progressive des gazoducs par le président russe Vladimir Poutine secoue actuellement tous les secteurs, même si le gaz n’a pas été touché par les sanctions, mais les prix ont grimpé à un niveau sans précédent. Les prix de l’énergie ont augmenté de 41,9 % (en glissement annuel) en octobre, selon Eurostat. Les prix alimentaires ont connu de fortes hausses allant jusqu’à 13,1%, affectant particulièrement les ménages les plus pauvres. Même l’inflation sous-jacente (hors alimentation et énergie) montre qu’elle se propage à l’ensemble de l’économie : elle était de 5% en octobre ; Une augmentation mensuelle de 0,6 %.

Lire Aussi :  Le nouvel abonnement payant à Twitter bientôt activé
Lis: Article exclusif pour nos abonnés La Banque centrale européenne n’a pas vu son taux d’intérêt monter à 1,5 % depuis 2008.

Pour tenter d’endiguer la marée, la Banque centrale européenne a entamé un cycle de hausses des taux d’intérêt en juillet. Somme finale, Elle augmente désormais son taux de 2 points ; Il a été porté à 1,5 % pour le taux de dépôt (et à 2 % pour le taux de remboursement). Lors de son dernier meeting jeudi 27 octobre, sa présidente, Christine Lagarde, a annoncé qu’elle poursuivrait la campagne en relevant le taux d’intérêt minimum en décembre.

Il vous reste 42,39% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button