Chase Oliver, l’obscur candidat qui tient l’Amérique en haleine

Avec 81 000 bulletins en sa faveur, le candidat au Sénat de Géorgie, Chase Oliver, a mené un second tour dans l’un des scrutins les plus importants des élections de mi-mandat.

Ce ne sont que 81 000 bulletins sur des dizaines de millions de dollars, mais ils ont plongé l’Amérique dans l’incertitude pendant encore quatre semaines : en Géorgie, un obscur candidat libertaire, Chase Oliver, a provoqué un second tour dans l’un des sondages les plus importants des élections de mi-mandat. Empêcher une double victoire démocrate (ou républicaine) au Nevada et en Arizona – hypothèse qui reste possible – c’est bien en Géorgie que jouera le contrôle du Sénat, la très puissante chambre haute du Parlement américain.

Et c’est à cause de Chase Oliver, un inconnu de 37 ans, et de ses 2 % des voix en Géorgie, que ni le démocrate Raphael Warnock ni le républicain Herschel Walker n’ont atteint les 50 % des suffrages, seuil indispensable pour être élu dans cette . Etat Il faudra donc attendre le 6 décembre pour les départager, et savoir de quel côté le Sénat va pencher. Il n’en est pas le moins du monde ému. “Vous ne pouvez pas blâmer un candidat car ce n’est qu’une option sur le bulletin de vote”a-t-il déclaré à Vice News. “Je ne pense pas qu’on puisse gâcher quelque chose qui est déjà pourri”il a ajouté là New York Timesen référence au bipartisme américain, qu’il abhorre.

Lire Aussi :  Trump officialisera mardi sa candidature à la présidentielle de 2024, selon un conseiller

Pro-armes et avortement

Ce fan de science-fiction, qui se décrit sur son profil Twitter comme “armé et gay” et a mené sa campagne dans son sous-sol rempli d’objets de collection Star Trek, il vient du courant dominant du paysage politique américain : il est résolument pro-armes, fiscalement conservateur, mais aussi pro-avortement, pro-légalisation du cannabis et contre la peine de mort A Fayetteville, une petite ville de 19 000 habitants en périphérie d’Atlanta, la plupart des personnes interrogées par l’AFP ne le connaissent pas. Beaucoup regrettent les dépenses nécessaires pour organiser le second tour le 6 décembre.

Lire Aussi :  RDC : la mise en oeuvre du droit international humanitaire au centre d'une journée d'information organisée par le CICR

Contre les démocrates et les républicains, qui ont déjà dépensé plus de 241 millions de dollars au total dans cette course selon le Wall Street Journal, soit 30 dollars pour chacun des 7,8 millions d’électeurs de Géorgie, il n’a dépensé que 10 000 dollars. La façon dont ses 81 000 électeurs porteront leurs voix au second tour sera cruciale pour le résultat final (Warnock et Walker ont été séparés par seulement 35 000 voix), mais il ne veut pas non plus reculer. “Ils (Warnock et Walker, NDLR) ont ignoré les gens qui ont voté pour moi et les problèmes qui m’aiment”il a attaqué Vice News.

Lire Aussi :  Alma Taslidzan, le plaidoyer dans l’âme

Son message semble avoir atteint certains. “J’en saurai probablement un peu plus sur les indépendants la prochaine fois car j’ai l’impression de voter pour la même personne, que ce soit un républicain ou un démocrate.”a déclaré Pachean Carter, un employé de 50 ans, toujours à Fayetteville. “Je n’ai aucun problème à ce qu’il se présente aux élections. Plus il y a d’options, mieux c’est.”a déclaré Susan Cromie, une retraitée de 67 ans, qui n’aime pas l’idée d’un second tour. “Je ne veux pas re-voter. J’en ai assez des clips” campagne à la télévision, dit-il, miment un revolver dans la tempe. “Mais c’est un mal nécessaire.”

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button