Baby-foot, alcool, le délire culturel de la start-up. Adhérer aux valeurs “”fun & pro” de l’entreprise”.

Boire le soir avec ses collègues et boire comme des trous pour avoir l’air “cool” jouer au baby-foot au lieu de travailler, et avoir l’air savamment très occupé, c’est cette vie que tous les jours dans la société d’aujourd’hui encore plus, qui est un peu “start-ups” “. Le seul qui comprend la folie actuelle est Elon Musk, qui a viré la plupart des joueurs alcooliques de l’équipe de baby-foot de Twitter, et vous savez quoi ?

Twitter continue de fonctionner !

Disons la confusion qui règne dans leur esprit.

Ici, cette actualité juridique illustre parfaitement ce que je veux vous dire.

“La Cour de cassation vient d’annuler en partie un licenciement après “le comportement critique du salarié et son refus d’accepter la politique de l’entreprise fondée sur l’incitation à divers excès” comme l’abus d’alcool lors de la semaine des pots-de-vin.
Un salarié qui ne participe pas à tous les apéritifs organisés par son employeur ou qui critique la consommation excessive d’alcool par l’équipe lors de ces “moments conviviaux” ne peut être licencié pour cela”.

Lire Aussi :  Ukraine : Zelensky réclame 38 milliards de plus à la communauté internationale

Attention, la dictature du « cool » atteindra le comble du crétinisme !

“Petit rappel des faits. En 2011, la société Cubik Partners a embauché le salarié en question, en qualité de consultant senior, puis promu directeur en 2014. Il a été licencié un an plus tard pour “incompétence professionnelle” et notamment son refus. Ils respectent la valeur du “fun. & pro” dans l’entreprise.

Dans cet arrêt, les magistrats ont en effet considéré « que le licenciement (est) intervenu parce que le salarié a exercé sa liberté d’expression ; que la cour d’appel a estimé que Monsieur T. ne pouvait être mis en cause pour son manque d’intégration dans « plaisir & pro ». valeur dans l’entreprise ».

Lire Aussi :  Digi International dévoile le module Digi XBee RR et des services de reconception rapide, pour réduire les délais de commercialisation des concepteurs, OEM et fournisseurs de solution

Cette valeur se traduisait, selon la Cour, « par la nécessaire participation à des séminaires et apéritifs de fin de semaine, souvent générant trop d’alcool encouragés par les associés qui mettaient à disposition de très grandes quantités d’alcool, et dans la pratique de la associés défendant des promesses liées, des intimidations et des encouragements à divers excès et dérives ».

Et oui, quand on est trop “start-up” on devient trop pro “fun & pro”… l’alcool bien sûr. Et quand on boit trop, le comportement devient souvent scandaleux et n’a pas sa place dans les affaires, mais nous sommes dans une période de grande confusion qui génère d’immenses souffrances mentales et morales.

La seule façon de se protéger de tout cela est de vivre, d’une certaine manière en marge ou sur le dos de cette société malade.

Lire Aussi :  DIRECT. L'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes est prolongé de 120 jours, dans un contexte de crise alimentaire mondiale

C’est exactement ce que je fais, et du haut de mon grenier normand, dans le calme de mon pays et la douceur du feu et du crépitement, du gloussement des poules et du ronronnement du chat, je le contemple couler dans ce monde et les choses humaines les folles. se propager, jour après jour.

Prends soin de toi.

Protège toi.

Protégez votre âme.

Charles SANNAT

“Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie tant que ce paragraphe est reproduit après celui-ci. Insolentiae.com est le site où Charles Sannat s’exprime au quotidien et propose une analyse impertinente et sans concession de l’actualité économique. Merci d’avoir visité mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la newsletter quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source BFMTV.com ici

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button