Alma Taslidzan, le plaidoyer dans l’âme

De Bruxelles au camp d’Al-Hol en Syrie, de Genève à Mossoul, Alma Taslidzan voyage toujours avec trop de bagages. « C’est comme le besoin d’avoir toujours un frigo plein, j’ai ça depuis mon enfance, à cause de la guerre en Bosnie. » En charge du « désarmement, défense et protection des civils » à Handicap International (HI), il est, depuis octobre 2019, le pilier du combat de l’ONG pour obtenir une prise de position politique contre les bombardements des zones peuplées (armes explosives en zone peuplée, EWIA). ).

“Je suis le trait d’union entre les victimes de ces armes, comme ici en Irak, et ce qui se discute à New York ou à Genève entre les Etats-Unis par des délégués, des diplomates et des militaires, tous à l’aise d’aborder le sujet de la sirotation d’un café”. Ma mission est de collecter les informations et les preuves nécessaires pour construire une demande politique basée sur les besoins. » On l’imagine facilement prêt à transformer la peur, le doute et la souffrance en contenu politique. “Vous devez peser chaque mot pour ne pas donner l’impression que vous êtes misérable ou irréaliste, et faire comprendre aux États comment agir en conséquence. »

Un réfugié dans son propre pays

Alma Taslidzan a commencé ce travail sans s’en rendre compte, il y a une trentaine d’années, lorsqu’il a entendu son père lui dire : « Pars, tu ne peux plus rester ici ! » Il a huit ans et vit dans un petit village près de Sarajevo quand un matin le chef de famille le fait monter dans la voiture avec sa mère, sa sœur et sa tante. « Nous avons passé plusieurs nuits cachés dans le sous-sol qui a souffert des bombardements. Les murs tremblaient. Mon père a attendu la décision. Aujourd’hui encore, quand je parle aux réfugiés, je trouve toujours intéressant de connaître le déclencheur. vous fait jeter votre famille sur un chemin plus dangereux que tout pour essayer de les sauver.

Alma et sa famille se retrouvent poussées au Pakistan, dans un camp de réfugiés, pendant deux ans. “J’avais 10-11 ans, mais je ne sais même pas comment on en est arrivé là, il faut que je me renseigne un peu”, dit la jeune femme, mère d’un garçon de cet âge. De retour près de Sarajevo, la famille retrouve sa maison complètement saccagée. “Alors on a eu une chaise d’un voisin, un lit, puis un matelas… La vie s’est reconstruite, mais elle reste dans ton ADN et m’a forgé. Je savais que quelle que soit ma vie, elle allait aider les gens. » Vivre comme réfugié dans son propre pays marque une existence.

Lire Aussi :  DIRECT. Guerre en Ukraine : Poutine dit vouloir continuer à frapper les infrastructures énergétiques

Les choses à faire et à ne pas faire en matière d’éducation aux risques

La jeune femme découvre également une autre malédiction de la guerre : la menace des mines et débris non explosés qui souillent son pays. Comme les Colombiens, les Yéménites et les Irakiens, il découvre les choses à faire et à ne pas faire (“dos and don’ts”) de l’éducation au risque. Une leçon que HI est désormais l’une des dernières ONG à dispenser dans les États touchés. “J’ai vraiment subi un lavage de cerveau à l’époque.il a plaisanté. Ainsi, lors de mon premier voyage en Suisse, j’avais peur de marcher sur de l’herbe trop verte pour avoir peur des mines ! »

C’est cette terre, littéralement des mines, qui l’a conduit en 2007 à rejoindre HI dans la défense à Sarajevo, dix ans après l’adoption du traité d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel. La noblesse de la cause ne compense pas toujours la frustration. “Quand un État dit : ‘Toutes les armes ne tuent pas des civils, je vois beaucoup de victimes. (…) qu’il faut compter jusqu’à dix pour ne pas répondre : “Tu racontes vraiment des bêtises !” »

De la colère au rire, il n’y a qu’un pas, qu’il franchit, vêtu d’une combinaison de protection peu flatteuse, en compagnie de démineurs irakiens. “Allez, selfies, tout le monde !” Ensoleillé, dans l’assemblée de Genève comme dans la poussière incertaine.

Lire Aussi :  Inquiétude en Palestine avec le nouveau gouvernement de Benjamin Netanyahou - International

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button