« A chaque contestation, la République islamique d’Iran n’a qu’une réponse : elle tue »

Deux journalistes iraniens, Niloofar Hamedi et Elaheh Mohammadi, tous deux âgés d’une vingtaine d’années, risquent la réclusion à perpétuité. Les délits ? Ils ont été parmi les premiers à raconter l’histoire de Mahsa Amini, une autre jeune de 22 ans décédée le 16 septembre pour avoir porté un voile “inapproprié” en République islamique.

Les deux journalistes ont été accusés il y a quelques jours de travailler pour la CIA, ce qui signifie qu’ils sont des espions à la solde des États-Unis, l’ennemi numéro un de la théocratie iranienne. L’absurdité de l’accusation en dit long sur la panique et le désir de vengeance ressentis au sein du régime. Comme pour toutes les difficultés internes, nous ressortons le discours déchiré de la manipulation externe. Le soulèvement déclenché par la mort de Mahsa Amini n’a pas encore ébranlé la République islamique – et révélé la véritable nature de ce régime.

Lire Aussi :  DIRECT. Guerre en Ukraine : Kiev se vante d'avoir détruit 300 drones de fabrication iranienne

Parce qu’une mèche de cheveux dépassait de son voile, Mahsa, qui se rendait à Téhéran avec ses parents, a été arrêtée par la “police des mœurs” le 13 septembre. Arrêté pendant trois jours, il ne survivra pas au sort qui lui est réservé. Il a été transporté dans un coma profond à l’hôpital, il est décédé le 16 septembre.

Lui aussi: Mort de Mahsa Amini en Iran : manifestations pour marquer le 40e jour de la mort de la jeune femme

Près de 300 personnes sont mortes

Depuis lors, l’Iran est en ébullition. De ville en ville dans ce vaste pays de 85 millions d’habitants, le régime est défié – chaque jour. Les jeunes, écoles et universités, sont dans la rue, face à la machinerie répressive de la théocratie au pouvoir. Avec la sympathie d’une grande partie du public, le mouvement se poursuit pendant près de six semaines – les manifestations se répètent chaque jour. La République islamique connaît rarement une longue dispute.

Lire Aussi :  SE M. François NKULIKIYIMFURA, Ambassadeur du RWANDA à Paris : « Le Kigali International (...)

Elle fait face à une révolte contre le gris imposée par un ordre “islamique” qui oblige les femmes à porter le voile, d’une certaine manière et pas d’une autre. Au péril de leur vie, les femmes iraniennes brûlent, déchirent, déchirent ce voile obligatoire. Le pouvoir a répondu comme il l’a toujours fait – en supprimant : à ce jour, près de 300 morts, dont une vingtaine d’adolescents ; des milliers de blessés ; environ 14 000 arrestations.

Lire Aussi :  les hôpitaux de Kherson évacués à cause de « bombardements russes constants »

La République islamique, née de la révolution de 1979, a depuis longtemps perdu toute l’originalité d’un régime qui, exceptionnellement dans la région, laissait place au débat politique à ses débuts. Au fil des années, des procès et des guerres (souvent imposées de l’extérieur, bien sûr), la République islamique est devenue une tyrannie militaire. 1999, 2009, 2017, 2019, à chaque défi – politique, économique ou social – il n’a qu’une réponse : il tue. Dans la chronique de notre collègue 1, le politologue Farhad Khosrokhavar parle de “thanatocratie” : un régime qui “l’intention de gouverner par la mort et par la peur d’être tué.”

Il vous reste 51,74% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button