100 ans après la marche sur Rome, les antifascistes dans la rue pour tenir tête aux nostalgiques de Mussolini

En chantant Bonjour bella, la célèbre chanson des antifascistes italiens, des centaines d’antifascistes défileront le vendredi 28 octobre à Predappio, dans le nord de l’Italie, pour libérer la ville en 1944 avec les Alliés pour célébrer. Une date qui n’a aucune chance, Gianfranco Miro Gori, président local de l’Association des partisans italiens (ANPI) : “Le sens de cette libération était de dire : ‘toi, Mussolini, tu as fait la marche sur Rome [le défilé de 26 000 chemises noires venant de toute l’Italie] le 28 octobre 1922, nous le 28 octobre 1944 nous vous expulsons de votre village natal. Symboliquement, c’est très fort, car tout un discours s’est construit sur Mussolini, le fils de l’Émilie-Romagne, le fils de Predappio, une rhétorique qui racontait la Romagne comme la patrie du fascisme”.

>>> Néofascisme, post-fascisme, extrême droite… Comment déterminer l’idéologie de Giorgia Meloni ?

Lire Aussi :  Saint-Nazaire : de Gosselin à Spencer, les visages d'un promu surprenant en Ligue A

Pas de tagliatelles antifascistes, un repas de pâtes partagé entre manifestants comme le propose habituellement l’Association des partisans : cette année, ils organisent une grande marche nationale mais sans le maire Predappio Roberto Canali. Alors que Giorgia Meloni et son parti Fratelli d’Italia ont accédé au pouvoir par les urnes, certains craignent qu’il y ait un mouvement autoritaire et l’élu craint pour la sécurité du défilé, même si ce spectacle de nostalgie vaut pour que Mussolini se tienne le Dimanche.“Heureusement, elles auront lieu à deux moments différents, mais la manifestation partisane a lieu le jour même du centenaire de la Marche sur Rome, se souvient de Roberto Canali, pour être honnête je suis un peu inquiet car c’est un moment particulier et des deux côtés le ton est monté.”

“Il peut toujours y avoir un risque de dépassement de grandes marges”.

Roberto Canali, maire de Predappio

chez franceinfo

Les désirs qui l’accueillent ainsi “Camarade Mussolini” il se réunit donc deux jours plus tard. Pour calmer le jeu, Franco d’Emilio, qui présente une présentation sur le centenaire de la Marche sur Rome à Predappio, propose de transformer le cœur du « Duce » en monument national. C’est déjà le cas de sa ville natale, dit-il : “Un monument national a ses propres consignes qui permettent par exemple d’éviter que les accès soient gérés – parce que c’est comme ça qu’on crée de la nostalgie et vous voyez ce que je veux dire – donc ça changerait tout. Car il y a autorité dans le monument national de l’Etat et donc on visiterait le rivage avec les mêmes critères que la visite d’un musée.

A Predappio, Fratelli d’Italia, le parti de Giorgia Meloni, a recueilli près de 37% des suffrages, soit dix points de plus que la moyenne nationale.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button